Les cartes bancaires aussi se recyclent

  • Publié le: jeudi 26 novembre 2015

Elles sont parmi les objets du quotidien de millions de français : les cartes bancaires sont devenues un enjeu majeur de l’implication des banques en faveur du développement durable. Pour diminuer leur impact sur l’environnement, le Crédit Agricole a lancé un projet de gestion responsable de ses cartes bancaires.

Avec environ 12 millions de cartes bancaires en circulation en France, le Crédit Agricole est l’une des banques qui émet le plus de cartes. Or, avec ses composants plastiques et métalliques, la carte bancaire est loin d’être un modèle d’objet éco-conçu. Pour pallier le problème, la banque française a décidé d’agir à deux niveaux : d’abord en récupérant systématiquement les cartes bancaires arrivées en fin de vie et en les recyclant ; ensuite, en lançant la fabrication d’une carte bancaire nouvelle génération, conçue à partir de PLA, un plastique d’origine végétale.

Le PLA fait partie des nouveaux matériaux innovants et inscrits dans une démarche développement durable. Il est obtenu à partir d’amidon de maïs aux Etats-Unis (sans OGM) et ensuite transformé en Europe où il peut servir pour des emballages. D’ici 2017, le Crédit Agricole compte progressivement remplacer ses cartes de crédit PVC par des cartes PLA.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • RSE : Hub One obtient la médaille d’or EcoVadis

    Hub One, opérateur de technologies digitales pour les entreprises, a obtenu la médaille d’or EcoVadis pour sa performance RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises). Avec une note de 74/100, le groupe dirigé par Guillaume de Lavallade améliore de 4 points son

le Coin ESS

  • Crédit Agricole : un prêt éco-responsable pour Prada

    Le Crédit Agricole vient de signer un prêt d’un nouveau genre avec Prada. La banque française va ainsi prêter 50 millions d’euros à la maison de luxe italienne, selon de nouveaux critères éco-responsables. Il s’agit d’un prêt d’un genre nouveau.