Le MENE, un mouvement pour une nouvelle économie

  • Publié le: lundi 26 octobre 2015

C’est vendredi dernier qu’ADNMonde a lancé officiellement le MENE, Mouvement des Entrepreneurs pour une Nouvelle Economie. Son but : fédérer les entrepreneurs autour d’un projet commun pour mieux faire porter leur voix auprès du gouvernement.

ADNMonde, le groupe dirigé par l’ancienne ministre de l’environnement Corinne Le Page, avait déjà publié un rapport dans lequel il pointait du doigt les freins à la transition énergétique et regrettait que les entrepreneurs ne puissent pas se reposer sur une grande structure pour les accompagner dans leurs engagements. Avec la création du MENE, ADNMonde a déjà réussi à rassembler 5 000 entreprises autour de leur projet (dont Blablacar, We Demain ou encore le label Cosmebio…). Ces entreprises, en signant la charte du mouvement, se sont engagées à limiter leur consommation d’énergies fossiles au bénéfice des énergies vertes mais aussi à remettre l’homme au cœur de leurs préoccupations manageriales.

Outre cette collaboration sur plusieurs objectifs, le but du groupe est également de mieux représenter les entrepreneurs auprès du gouvernement, notamment s’agissant de totues les questions de fiscalité verte qui demeurent un point de friction. Aujourd’hui, le MENE regrette que le gouvernement n’envisage pas assez d’incitations pour aider les entreprises françaises à mettre en place des politiques de transition énergétique efficaces.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • RSE et marchés publics : les liaisons dangereuses ?

    Depuis quelques années, les critères RSE ont été mis en avant par le code de la commande publique. Le texte insiste ainsi pour que les implications sociales et environnementales pèsent dans le choix des entreprises aux appels d’offre pour des

le Coin ESS

  • La finance durable s’invite dans les discussions du G7

    Alors que la France assure la présidence du G7, un nouveau sujet fait son apparition dans les débats : la finance durable. Le gouvernement français souhaite l’inscrire à l’ordre du jour. Le but : rendre le capitalisme plus durable. Chantilly