Coupe du monde 2022 : au Qatar, des employés étrangers ne sont plus payés depuis 2 ans

  • Publié le: mercredi 26 septembre 2018

Selon un rapport publié mercredi 26 septembre par Amnesty International, un entrepreneur impliqué dans la construction d’un stade de la Coupe du monde de 2022 au Qatar n’a pas payé ses employés depuis des mois.

Selon le groupe de défense des droits basé à Londres, la société d’ingénierie Mercury MENA « n’a pas payé à ses travailleurs des milliers de dollars en salaires et avantages sociaux, les laissant coincés et sans le sou ».

Cependant, en réponse, l’instance dirigeante du football, la FIFA, a accusé Amnesty d’être « trompeuse » et a déclaré que les non-paiements n’étaient pas liés au tournoi de 2022.

Selon les allégations d’Amnesty, au moins 78 employés du Népal, de l’Inde et des Philippines n’ont pas été payés depuis février 2016 et attendaient en moyenne 2 000 dollars (1 700 euros), soit l’équivalent de plusieurs mois de salaire.

La situation des travailleurs étrangers s’est dégradée depuis leur arrivée au Qatar

Dans certains cas, cela a « ruiné des vies », a déclaré Amnesty, qui a exhorté le gouvernement de Doha à payer les travailleurs, dont certains ont contracté d’énormes emprunts pour obtenir un emploi dans l’État super riche du Golfe.

L’un d’entre eux, Ernesto, originaire des Philippines, a déclaré à Amnesty qu’il était plus endetté après avoir travaillé au Qatar ces deux dernières années qu’avant son arrivée dans le pays.

D’autres ouvriers du Népal ont déclaré qu’ils devaient retirer leurs enfants de l’école ou vendre des terres pour couvrir leurs dettes en travaillant au Qatar.

« En s’assurant qu’ils obtiennent le salaire qui leur est dû, le Qatar peut aider ces travailleurs migrants à reconstruire leur vie », a déclaré Steve Cockburn, directeur des questions mondiales d’Amnesty.

Il a affirmé que Mercury MENA « a profité » du système « kafala » instauré au Qatar. Ce système empêche les travailleurs de changer de travail ou de quitter le pays sans la permission des patrons.

Les travailleurs non rémunérés qui ont finalement été autorisés à quitter le Qatar ne l’ont fait qu’à leurs propres frais, a déclaré Amnesty.

En plus d’aider à construire la ville de Lusail, où se déroulera le match d’ouverture du tournoi de football 2022, Mercury MENA a contribué à la construction du stade qui a servi à présenter la candidature du Qatar à la FIFA en décembre 2010.

En novembre, Amnesty International s’est entretenue avec le PDG de l’entreprise, qui a reconnu avoir des « problèmes de liquidités ». Il n’y a eu aucune autre réponse.

 La FIFA rejette les accusations d’Amnesty.

« Nous n’avons aucune raison de croire que les violations des droits des travailleurs signalées sont en fait liées à la FIFA et à la Coupe du monde 2022 », a déclaré un porte-parole de la FIFA à l’AFP.

« Nous regrettons qu’Amnesty ait choisi de formuler sa déclaration de manière aussi trompeuse ».

Ces accusations arrivent au moment où l’hôte de la Coupe du monde est soumis à un examen minutieux des droits du travail.

Au début du mois de septembre 2018, Doha a déclaré qu’il abolirait le système des permis de sortie – une pierre angulaire du système de la kafala comparable à l’esclavage moderne – mais n’a pas donné de date pour l’entrée en vigueur de ce système.

En avril, l’Organisation internationale du travail a ouvert un bureau à Doha, dans le cadre d’un accord en vertu duquel l’agence des Nations Unies supervisera la réforme de la main-d’œuvre dans l’émirat.

Il y a environ deux millions de travailleurs étrangers au Qatar, dont beaucoup travaillent directement ou indirectement sur les vastes projets d’infrastructure liés à la Coupe du monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

le Coin ESS

  • Un ours polaire famélique devant la Bourse de Paris

    Afin de sensibiliser la population à la nécessité de l’investissement responsable, une association a installé une reproduction d’un ours polaire famélique devant la Bourse de Paris.  L’ours polaire, devenu le symbole du dérèglement climatique suite à la diffusion d’une image