La liberté de la presse mise à mal pendant la pandémie

  • Publié le: lundi 26 avril 2021

Un nouveau rapport indique que si la liberté de la presse dans le monde a été restreinte pendant la pandémie de coronavirus, le journalisme continue d’être le meilleur outil contre la désinformation.

La pandémie mondiale de COVID-19 a conduit à une répression accrue et à des attaques contre le journalisme dans le monde, a conclu un rapport publié le 20 avril par Reporters sans frontières (RSF).

Les rapports sur les développements des coronavirus ont été limités dans les pays du monde entier. Certains pays ont également vu des gouvernements utiliser la crise pour resserrer leur emprise sur les médias tandis que d’autres, dont l’Allemagne, ont vu une augmentation des attaques contre les journalistes.

« La pandémie de coronavirus a renforcé et consolidé les tendances répressives dans le monde », a déclaré Christian Mihr, directeur exécutif de RSF Allemagne.

Mais les journalistes ont également joué un rôle essentiel dans la lutte contre la désinformation diffusée par des dirigeants tels que l’ancien président américain Donald Trump, le président brésilien Jair Bolsonaro et le vénézuélien Nicolas Maduro.

Le journalisme indépendant est « l’outil efficace contre la pandémie de désinformation », a déclaré Christian Mihr.

Liberté de la presse atteinte en Europe

Bien que les pays européens figurent dans sept des dix premiers pays répertoriés par RSF dans leur Index mondial de la liberté de la presse 2021, le rapport indique que seuls les trois premiers – la Norvège, la Finlande et la Suède – protègent suffisamment la liberté de la presse.

Le rapport a critiqué le Royaume-Uni pour sa gestion du fondateur de WikiLeaks Julian Assange, le pays perdant deux places.

« La 33ème place n’est pas une bonne position pour la patrie de la démocratie » a déploré Christian Mihr à propos du Royaume-Uni.

Le rapport a également condamné la Grèce et l’Espagne pour leurs tentatives de restreindre les reportages sur les migrants ainsi que la « décision politique sans faille du Premier ministre hongrois Viktor Orban de restreindre la liberté d’expression et la liberté de la presse ».

L’Allemagne a également vu sa part de critiques dans le rapport. Les nombreux incidents de journalistes attaqués par des théoriciens du complot lors de manifestations anti-confinement ont contribué à ramener le score de la liberté de la presse du pays à la 13ème place.

« Nous avons enregistré 5 fois plus de violence contre les journalistes qui ont couvert ces manifestations », indique Christian Mihr. « Et malheureusement, la police allemande n’a pas toujours protégé le travail des journalistes. »

Une situation dangereuse pour les journalistes du monde entier

Sans surprise, la Biélorussie fait pâle figure sur le rapport. Plus de 400 journalistes y avaient été arrêtés fin 2020.

Les restrictions de la liberté de la presse dans ce pays d’Europe de l’Est lui ont donné l’un des pires scores mondiaux et l’ont placé à la 158ème place sur un total de 180 pays répertoriés.

La Russie voisine n’a fait que légèrement mieux, atterrissant à la position 150.

Les pays africains, en moyenne, ont continué d’afficher de mauvais résultats, l’Érythrée se classant au bas du classement de tous au monde. Le continent était considéré comme le plus dangereux pour les journalistes.

Cependant, certains pays se sont distingués par leurs améliorations. Le Burundi a grimpé de 13 places, pour atteindre la 147ème place, après avoir libéré plusieurs journalistes arrêtés arbitrairement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • La RSE : une priorité pour les entreprises

    Les entreprises ne peuvent plus ignorer les défis environnementaux, sociaux et de gouvernance qui accompagnent leurs activités. C’est pourquoi nombre d’entre elles articulent leur politique autour de la RSE (responsabilité sociétale des entreprises) afin de contribuer aux enjeux du développement

le Coin ESS