La Grande-Bretagne récalcitrante face à la transition énergétique

  • Publié le: vendredi 25 décembre 2015

Alors que les pays qui participaient à la COP 21 doivent désormais concrétiser leurs engagements par des mesures précises, la Grande-Bretagne a annoncé la semaine dernière une série de mesures qui ne vont pas manquer d’irriter les écologistes européens.

Le gouvernement conservateur de David Cameron ne fait pas de cadeaux aux écologistes pour Noël. Il a annoncé jeudi dernier qu’il ne soutiendrait plus à l’avenir l’industrie solaire de la Grande-Bretagne. Cette décision se traduit par une baisse de 65% des subventions en faveur de l’énergie solaire. Si les ONG se sont déjà déclarées contre cette décision, les professionnels de la filière solaire ont aussi fait part de leurs inquiétudes : la baisse des subventions risque de donner un grand coup de frein au déploiement des installations solaires et mettre en péril une dizaine de milliers d’emplois.

Dans le même temps, le gouvernement britannique a annoncé qu’il fermerait d’ici 2025 toutes les centrales à charbon qui ne disposeraient pas de système de captage et de stockage du CO2. Une annonce qui n’a pas vraiment soulevé l’enthousiasme des écologistes outre-Manche puisqu’elle a été suivie d’une autre annonce : pour compenser la fermeture de ces sources d’énergie, le gouvernement veut implanter des usines à gaz et des centrales nucléaires en Grande-Bretagne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • Le Crédit Agricole s’engage pour les droits humains

    Le 31 juillet dernier, le groupe Crédit Agricole a signé un accord-cadre international avec UNI Global Union. Cet accord vise à renforcer les engagements du groupe en ce qui concerne le respect et la défense des droits humains, mais aussi

le Coin ESS

  • La finance durable s’invite dans les discussions du G7

    Alors que la France assure la présidence du G7, un nouveau sujet fait son apparition dans les débats : la finance durable. Le gouvernement français souhaite l’inscrire à l’ordre du jour. Le but : rendre le capitalisme plus durable. Chantilly