Plus de gazon dans les villes pour lutter contre la chaleur

  • Publié le: mercredi 25 novembre 2015

L’idée peut prêter à sourire, et pourtant l’Union Française des Semenciers vient de publier un communiqué sur l’environnement et le changement climatique dans lequel elle propose une mesure simple et efficace : planter plus de gazon dans les villes pour lutter contre les pics de chaleur.

Si le gazon ne peut pas lutter contre le phénomène du réchauffement climatique, il peut néanmoins en limiter les effets, particulièrement en ville où les espaces verts sont peu nombreux. Ces dernières années, les spécialistes ont en effet remarqué lors des pics de chaleur estivale que des « ilots de chaleur » se formaient en ville : l’asphalte garde longtemps la chaleur, et les températures ont donc du mal à baisser la nuit. Autant d’inconvénients qui contribuent à diminuer le bien-être des habitants.

La solution proposée est simple, et elle présente l’avantage d’être peu coûteuse : la multiplication du nombre de pelouses dans les agglomérations. Le gazon offre une température moyenne 10 degrés inférieurs à l’asphalte, et il permet aussi de capter les émissions de CO2. Selon le communiqué : 10 000 m2 de gazon peuvent absorber les rejets de CO2 d’une trentaine de véhicules. Des avantages non négligeables qui plaident en faveur du gazon en ville.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • Un maillot de champions, pas vraiment éthique

    Le nouveau maillot des vainqueurs du mondial de football est vivement critiqué pour l’écart constaté entre son coût de production et son prix de vente. Suite à sa victoire lors de la Coupe du monde de football, l’équipe de France

le Coin ESS

  • La finance solidaire doit sortir de sa niche

    Alors que le système actuel des marchés financiers fait défaut aux gens, à la planète et aux investisseurs , il est temps que la finance à impact social se généralise.  Au cours des dix années qui se sont écoulées, l’investissement