Les soft skills : nouvel enjeu de la vie en entreprise

  • Publié le: vendredi 25 août 2017

Avec l’avènement de nouvelles méthodes manageriales, les salariés sont invités à se recentrer sur certains aspects de leur travail ou de leurs compétences qui n’étaient pas pris en compte jusque là. C’est notamment le cas avec les soft skills, ces “compétences douces” qui ont à voir avec le relationnel.

Remettre l’humain au coeur de l’entreprise n’est pas seulement une question de DRH et de RSE : c’est aussi un engagement qui doit venir des salariés. Car avec les nouvelles stratégies RSE développées par les entreprises françaises, la question des capacités émotionnelles et relationnelles, autrement dit la façon de “savoir-vivre” en entreprise, est enfin mise en lumière. Dans les faits, on observe désormais une tendance des DRH à valoriser les soft skills dans les profils des collaborateurs à recruter : la capacité de communication, l’agilité, la positivité, l’esprit d’équipe, la créativité et l’estime de soi font désormais partie de la liste des qualités à mettre en avant.

Evidemment, les soft skills n’ont pas vocation à remplacer les compétences techniques, mais leur mise en avant démontre bien que les logiques de la vie en entreprise évoluent de plus en plus rapidement et que la relation manager-salarié est en train d’être redéfinie sur de nouvelles bases qui sont moins hiérarchiques que communicationnelles. Avec ce nouveau genre de management réactualisé, les entreprises espèrent surtout séduire les jeunes diplômés qui sont de plus en plus attentifs à la qualité de vie humaine dans le contexte professionnel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • RSE et marchés publics : les liaisons dangereuses ?

    Depuis quelques années, les critères RSE ont été mis en avant par le code de la commande publique. Le texte insiste ainsi pour que les implications sociales et environnementales pèsent dans le choix des entreprises aux appels d’offre pour des

le Coin ESS

  • La finance durable s’invite dans les discussions du G7

    Alors que la France assure la présidence du G7, un nouveau sujet fait son apparition dans les débats : la finance durable. Le gouvernement français souhaite l’inscrire à l’ordre du jour. Le but : rendre le capitalisme plus durable. Chantilly