France : les vélos électriques dépassent les scooters

  • Publié le: mercredi 25 avril 2018

C’est la nouvelle tendance en matière de mobilité urbaine : les vélos électriques font la course en tête face aux traditionnels scooters. En 2017, il s’est même vendu plus de vélos électriques que de scooters dans l’hexagone.

Les vélos à assistance électrique, dits vélos électriques, connaissent un vrai boom en France, où de plus en plus de particuliers se laissent séduire par cette alternative en matière de mobilité douce. Ainsi, en 2017, il s’est vendu plus de vélos électriques que de scooters en France. En seulement un an, les ventes de vélos électriques ont été multipliées par deux, et ces modèles VAE représentent d’ailleurs 10% du marché de la vente de vélos sur l’ensemble du territoire.

La majorité des acheteurs de vélos électriques sont des urbains qui cherchent une alternative à la voiture pour leur trajet quotidien domicile-travail. Un bon réflexe pour la planète puisque l’utilisation des vélos électriques en remplacement de la voiture tend à limiter les gaz à effet de serre produits par les voitures des particuliers.

De son côté, l’état propose un coup de pouce aux ménages les plus modestes : les foyers non imposables peuvent bénéficier de 200 euros de prime d’état pour l’achat d’un vélo électrique. Mais pour encourager plus de français à passer au vélo électrique, il faudra peut-être une incitation plus attractive. Pour l’instant, seulement 4% des français utilisent un vélo pour leurs déplacements quotidiens. Nous sommes bien loin derrière le Danemark, champion d’Europe de la mobilité douce où 24% de la population prend son vélo pour se déplacer tous les jours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

le Coin ESS

  • La RSE, une idée neuve en Arabie Saoudite

    L’Arabie Saoudite est confrontée à trois grands défis : diversifier son économie, offrir des opportunités d’emplois à un nombre croissant de diplômés, et maintenir la cohésion sociale et la stabilité dans le pays. Le gouvernement saoudien, pour répondre à ces