En Chine, un nouvel accident industriel pose la question de la sécurité

  • Publié le: jeudi 24 décembre 2015

C’est une coulée de boue gigantesque qui a déferlé, dimanche 20 décembre, sur le parc industriel de Shenzhen, une ville située dans le sud de la Chine. Un incident qui n’est pas dû à une catastrophe naturelle mais à un amas de déchets mal géré par les autorités chinoises.

Après l’explosion du port industriel de Tianjin, en août dernier, la question de la sécurité des sites industriels chinois avait déjà été soulevée. Ce nouvel épisode vient à nouveau mettre en lumière les carences en matière de sécurité. La coulée de boue qui a ravagé le site industriel de Shenzhen était à l’origine un amoncellement de déchets provenant de plusieurs sites d’excavation de la région. L’effondrement de ce tas de déchets a entraîné la coulée de boue et causé des dégâts considérables : glissement de terrain, effondrement d’une trentaine d’immeubles et rupture d’une conduite de gaz qui a provoqué une explosion. Dans un premier bilan, les autorités chinoises évoquent une centaine de personnes disparues, mais il est fort probable que le bilan final soit plus lourd.

Il semblerait que cet amas de déchets ait été constitué de façon illégale. Un argument de plus pour susciter l’indignation de la population alors que les accidents industriels se multiplient sur le territoire sans que les autorités prennent de nouvelles mesures d’encadrement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • Le Crédit Agricole s’engage pour les droits humains

    Le 31 juillet dernier, le groupe Crédit Agricole a signé un accord-cadre international avec UNI Global Union. Cet accord vise à renforcer les engagements du groupe en ce qui concerne le respect et la défense des droits humains, mais aussi

le Coin ESS

  • La finance durable s’invite dans les discussions du G7

    Alors que la France assure la présidence du G7, un nouveau sujet fait son apparition dans les débats : la finance durable. Le gouvernement français souhaite l’inscrire à l’ordre du jour. Le but : rendre le capitalisme plus durable. Chantilly