La Banque mondiale adopte de nouvelles règles climatiques pour dissuader les investisseurs de soutenir le charbon

  • Publié le: jeudi 24 septembre 2020

Une branche de la Banque mondiale a introduit de nouvelles conditions liées au changement climatique pour ses investissements dans les banques commerciales afin d’encourager les investisseurs à réduire leur soutien aux projets charbonniers en Afrique et en Asie.

La Société financière internationale (SFI), qui détient des participations dans de nombreuses grandes banques commerciales des marchés émergents, espère que ces nouvelles restrictions inciteront d’autres investisseurs à quitter le secteur du charbon.

« Je pense que c’est une étape importante. Si nous regardons historiquement, nos politiques et procédures environnementales ont été adoptées à la fois par d’autres institutions de financement du développement et par le marché en général », a déclaré Peter Cashion, responsable du financement climatique au sein du Groupe des institutions financières de la SFI.

En vertu des nouvelles règles, en vigueur depuis juillet 2019 mais publiées le 17 septembre, la SFI ne fera plus de prises de participation dans des institutions financières qui n’ont pas de plan pour éliminer progressivement le soutien au charbon. La SFI utilisera également diverses conditions liées à ses investissements en actions pour s’assurer que les banques concernées réduisent leur exposition au charbon à zéro d’ici 2030.

Influence de la SFI sur le marché bancaire

La SFI exerce une influence considérable sur les banques commerciales des marchés émergents, qui se tournent souvent vers les investisseurs basés à Washington à la fois pour l’accès au capital et leur expertise en gouvernance qui les aide à renforcer leur crédibilité auprès des investisseurs.

Outre le fait que la SFI est un investisseur majeur à part entière, ses normes sont largement adoptées par le secteur privé.

Les militants du changement climatique ont salué cette décision, affirmant qu’elle envoyait un message clair aux secteurs de la banque commerciale et de l’assurance que les finances publiques ne seraient plus mises à la disposition des institutions soutenant des projets de charbon.

« Nous nous attendons à ce qu’une avalanche d’institutions différentes adoptent une approche similaire, cela aura un impact énorme », espère Nezir Sinani, codirecteur de Recourse, une organisation à but non lucratif basée aux Pays-Bas qui fait pression sur la SFI.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

le Coin ESS

  • La RSE, une idée neuve en Arabie Saoudite

    L’Arabie Saoudite est confrontée à trois grands défis : diversifier son économie, offrir des opportunités d’emplois à un nombre croissant de diplômés, et maintenir la cohésion sociale et la stabilité dans le pays. Le gouvernement saoudien, pour répondre à ces