Protéger ses salariés exposés au  Covid-19 : l’exemple de La Poste

  • Publié le: vendredi 24 avril 2020

Dans le contexte épidémique actuel, les entreprises qui poursuivent leur activité ont dû revoir les conditions de travail pour s’assurer de la sécurité de leurs salariés. C’est notamment le cas de La Poste, qui continue d’exercer ses missions essentielles durant le confinement grâce à une nouvelle organisation fondée sur les gestes barrières et la distanciation sociale, destinée à protéger la santé de ses clients et des postiers.

En tant qu’entreprise exerçant une activité « indispensable à la vie de la nation », La Poste n’a pas interrompu ses activités après le confinement. Dans ses bureaux accueillant le public, comme dans ses différents sites où le travail en équipe et la configuration des locaux ne permettent pas toujours le respect de la distanciation sociale, l’entreprise a dû mettre en place une nouvelle organisation « socle » fondée sur le respect des gestes barrières dans la durée, en lien avec la médecine du travail et les syndicats.

Une réorganisation fondée sur la distanciation sociale et les gestes barrières

Avec l’accélération de l’épidémie de Covid-19 sur le territoire national, La Poste a engagé dès le 17 mars une adaptation de son organisation au sein de l’ensemble de ses services, du colis-courrier à La Banque Postale. Une réorganisation menée en un temps extrêmement court, pour une entreprise qui emploie plus de 250 000 salariés toutes branches confondues. Et ce, afin de faire du respect des gestes barrières et de la distanciation sociale entre les salariés un prérequis au maintien de l’activité.

La Poste s’est également recentrée sur ses métiers essentiels, notamment ses missions en faveur du lien social comme le portage de repas ou de médicaments aux personnes isolées. De même, son réseau de bureaux de poste s’est adapté à la situation en maintenant dans un premier temps son activité dans près de 2 000 bureaux sur le territoire afin de permettre notamment aux clients allocataires de prestations sociales de les retirer sur les distributeurs ou au guichet. Une organisation qui passera à 5 000 bureaux et 10 000 points de contacts au total d’ici la fin du mois d’avril.

Protéger les postiers sur le terrain

La Poste a choisi de concentrer ses activités sur  des  bureaux sélectionnés en raison de la possibilité du respect des gestes barrières dans leur enceinte (lavage des mains, disponibilité de gel hydroalcoolique, masques pour les agents exposés, distanciation sociale possible notamment entre les clients, pose de plexiglas de protection). Un nombre revu à la hausse à partir du lundi 6 avril afin de mieux desservir les quartiers prioritaires de la politique de la ville et les zones rurales. L’entreprise a également mis en place un système de rotation des équipes afin de limiter les interactions entre les salariés et ainsi limiter les risques de contamination.

La Poste a aussi dû prendre des mesures pour ses salariés qui, sillonnant le territoire 4 jours par semaine depuis le 20 avril, continuent de livrer courriers et colis, et assurent la mission de lien social « Veiller sur mes parents ». Un service que le Groupe a choisi de rendre gratuit pendant la durée du confinement, afin de s’engager au plus près de ceux qui ne peuvent rendre visite à leurs proches, parfois fragilisés et isolés. Pour ce faire, l’entreprise dirigée par Philippe Wahl a pris les précautions nécessaires pour promouvoir les gestes barrières sur le terrain. Outre l’équipement de ses personnels en matériel de protection, La Poste a établi un partenariat avec des buralistes ou des stations essence qui se situent sur le chemin des postiers pendant leurs tournées, afin, notamment, de favoriser le lavage des mains durant la distribution de courriers et de colis.

La Poste qui dispose d’un stock de masques constitué à l’occasion de la crise sanitaire du H1N1 de 2009 et dont la validité avait été vérifiée début 2020, a pu équiper les postiers et partager une partie de ses réserves avec l’AP-HP, la RATP, le ministère de l’Intérieur ou encore le personnel d’Intermarché. Adaptant à chaque étape ses pratiques aux à l’évolution de la doctrine des autorités de santé, l’entreprise a d’abord distribué des protections à ses agents dans les zones clusters au début du mois de mars, puis à partir du 11 mars aux postiers en contact avec des personnes fragiles dans le cadre de leur visites à domicile ou du portage de médicaments et de repas. Dès le 20 mars, alors que les autorités privilégiaient encore le respect strict des gestes barrières au port systématique du masque, La Poste en proposait à tous les postiers en contact avec le public. Pour faire face à cette augmentation de ses besoins en masques, qui s’élèvent à 4 millions d’unités par semaine, La Poste a passé de nouvelles commandes afin de pallier l’utilisation de ses stocks.

Ces différentes mesures doivent permettre à La Poste d’assurer au mieux ses missions dans le contexte actuel. Une organisation prévue pour durer, tant que le confinement sera de rigueur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

le Coin ESS

  • La RSE, une idée neuve en Arabie Saoudite

    L’Arabie Saoudite est confrontée à trois grands défis : diversifier son économie, offrir des opportunités d’emplois à un nombre croissant de diplômés, et maintenir la cohésion sociale et la stabilité dans le pays. Le gouvernement saoudien, pour répondre à ces