Édouard Philippe a dévoilé la feuille de route pour dynamiser l’économie circulaire

  • Publié le: mardi 24 avril 2018

Le gouvernement travaillait depuis le 24 octobre dernier à la définition des mesures pour développer l’économie circulaire. Le Premier Ministre a dévoilé le 23 avril les 50 mesures phares de sa feuille de route.

C’est au sein de l’usine SEB de Mayenne (53) qu’Édouard Philippe et Brune Poirson ont présenté la feuille de route sur l’économie circulaire. Elle représente le fruit d’un travail de cinq mois initié par Brune Poirson, secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, fin octobre 2017 et regroupant les différents acteurs du secteur dont des professionnels, experts et associations. 50 mesures sont dévoilées et doivent transformer le modèle actuel de l’économie circulaire.

Tendre vers un recyclage du plastique à 100%

« Aujourd’hui, on extrait, on fabrique, on vend, on casse, on jette… Avec d’un côté des mines toujours plus profondes et de l’autre des montagnes de déchets toujours plus haute » a expliqué le Premier Ministre.

La mesure clé consiste à améliorer la gestion du cycle de vie des produits en repensant la chaine d’approvisionnement, la fabrication, les lieux de ventes, la réparation et le traitement des déchets.

Des chiffres viennent appuyer ces objectifs. La France s’est engagée à diviser par deux la mises en décharge de ses déchets d’ici 2025, à recylcer 100 % des plastiques et à valoriser 65 % de ses déchets.

Brune Poirson évoquait sur le plateau de Jean-Jacques Bourdin (RMC) la mise en place de mesures incitatives« Il faut réduire la consommation de plastique et qu’il n’y ait plus que du plastique recyclable. On va faire en sorte que les produits qui sont dans du plastique recyclé soient moins chers que ceux dans du plastique non recyclé. Il y aura une incitation par le prix. »

Sensibiliser la population à des achats plus responsables

Pour le Premier Ministre, il est primordial de sensibiliser les consommateurs à tendre vers des achats plus « robustes », qui représentent souvent un surcout à l’achat mais sera vite rentabilisé car le produit durera plus longtemps. Il invite à acheter français, voire européen.

Grâce à la feuille de route, les français seront plus facilement orientés au moment de leurs achats. Deux axes principaux sont développés parmi les 50 mesures.

Le premier consiste à allonger la vie des produits en facilitant les réparations en en allongeant les périodes de garantie. Un portail Internet permettra également au consommateur de découvrir ses droits et de porter plainte aisément. Les produits (électroménagers, électroniques et meubles) se verront par ailleurs apposer un indice de réparabilité qui les aidera à prendre une décision d’achat.

Le second axe est le recyclage. Il doit être rendu possible quand aucune autre solution ne peut être envisagée (réparation, réutilisation, réemploi). Triman (logo représentant un personnage entouré de trois flèches) sera généralisé à tous les produits recyclables d’ici 2021.

Les centres de tri devraient être modernisés afin de le rendre plus efficaces. Les règles de tri seront simplifiées et harmonisées dans tout le pays.

Enfin, des systèmes de consignes verront le jour pour les bouteilles en plastiques, les canettes et les piles.

La feuille de route a été saluée par une partie des ONG mais quelques points restent à leurs yeux décevants. Pour Zero Waste par exemple il reste illusoire penser recycler 100 % des déchets plastiques sans fixer des objectifs de baisse de consommation de plastique.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • Un maillot de champions, pas vraiment éthique

    Le nouveau maillot des vainqueurs du mondial de football est vivement critiqué pour l’écart constaté entre son coût de production et son prix de vente. Suite à sa victoire lors de la Coupe du monde de football, l’équipe de France

le Coin ESS

  • La finance solidaire doit sortir de sa niche

    Alors que le système actuel des marchés financiers fait défaut aux gens, à la planète et aux investisseurs , il est temps que la finance à impact social se généralise.  Au cours des dix années qui se sont écoulées, l’investissement