Du champagne bio pour les fêtes ?

Le champagne bio tente de se faire une place en France
  • Publié le: dimanche 23 décembre 2018

Encore peu connu des consommateurs, le champagne bio existe depuis déjà plusieurs années en France. Mais les viticulteurs de Champagne peinent encore à adopter la culture bio.

L’année 2018 aura été placée sous le signe du changement pour la viticulture française. Plusieurs grands crus français sont en effet passés à la culture biologique. Ils sont situés, pour la plupart, dans le bordelais. Mais le champagne n’est pas épargné par cette nouvelle culture respectueuse de l’environnement. A l’heure actuelle, 2% de la production de champagne est d’origine biologique. Un score encore très faible, mais les choses pourraient changer dans les prochaines années.

La région champagne compte 15 000 viticulteurs. D’après le Syndicat Général des Vignerons de la Champagne, 20% des cultures sont déjà certifiées pour leur engagement dans des pratiques d’agriculture durable. Les premières vendanges bio de champagne datent de 2014. Le champagne bio est donc encore peu connu des consommateurs. Surtout, il manque de visibilité face aux vignobles de prestige. Mais l’engouement autour de la filière bio pourrait accélérer la transition de la région Champagne vers une viticulture bio.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • Le congé parental commence à s’imposer

    Les entreprises françaises sont de plus en plus nombreuses à déployer le principe de congé parental généralisé aux deux parents. Une initiative qui prend de l’avance sur les dispositions légales, et qui vise à favoriser l’égalité hommes-femmes en entreprise. En

le Coin ESS

  • Crédit Agricole : un prêt éco-responsable pour Prada

    Le Crédit Agricole vient de signer un prêt d’un nouveau genre avec Prada. La banque française va ainsi prêter 50 millions d’euros à la maison de luxe italienne, selon de nouveaux critères éco-responsables. Il s’agit d’un prêt d’un genre nouveau.