Arrêtés pour avoir volé du sable

arretes pour avoir vole sable - SocialMag
  • Publié le: vendredi 23 août 2019

Deux Français ont été arrêtés en Sardaigne parce qu’ils avaient volé 40 kilos de sable de la plage de Chia, « l’une des plus belles du pays », répartis dans 14 bouteilles en plastique. Ils ont été appréhendé par la douane italienne et risquent jusqu’à 6 ans de prison.

Alors qu’ils quittaient l’île italienne et s’apprêtaient à prendre le ferry à Porto Torres, en direction de Toulon, un couple de Français a été arrêté à l’embarquement. Leur délit ? Avoir voulu rapporté quatre dizaines de kilos de sable blanc et fin chez eux. Un acte illégal, considéré comme un vol, et qui n’est pas passé auprès des autorités italiennes.

En effet, en Sardaigne, prélever du sable blanc est un délit, puisque c’est un matériau naturel reconnu d’utilité publique.

Des « souvenirs naturels et gratuits »

Poursuivis pour « vol avec circonstance aggravante », le couple risque jusqu’à 6 ans d’emprisonnement. Sur les plages italiennes des panneaux sont plantés un peu partout pour décourager les touristes de se servir en matières naturelles. Cela n’empêche pas la Sardaigne, comme tant d’autres littoraux côtiers, de subir de nombreux vols. Des « souvenirs naturels et gratuits », comme du sable, des coquillages ou des galets, récupérés à des fins personnelles. Et parfois, aussi, commerciales. Revendus à des prix exorbitants sur le net, ces denrées naturelles deviennent de plus en plus rares, cèdent leur place aux déchets en plastique…

Si à échelle individuelle, prélever une pierre, un coquillage ou un peu de sable peut paraître anodin, ce geste, multiplié par le nombre de touristes, a un impact aux conséquences lourdes pour l’écosystème maritime. En Italie, les autorités ont retrouvé une tonne de sable dans les bagages des touristes sur la seule année 2017 et certaines plages ont fini par faire appel à des vigiles. Une histoire à prendre très au sérieux quand on sait que le sable se raréfie et qu’il commence à devenir une denrée très rare.

En France aussi…

La France n’est pas en reste, puisque la collecte de sable y est aussi strictement réglementée, selon l’article L321-8 du Code de l’Environnement et les amendes peuvent aller jusqu’à 1 500 euros.

« Les extractions de matériaux sont limitées ou interdites lorsqu’elles risquent de compromettre directement ou indirectement l’intégrité des plages, dunes littorales, falaises, marais, vasières, zones d’herbiers, frayères, gisements naturels de coquillages vivants et exploitations de cultures marines » précise la loi française.

Une histoire qui rappelle qu’il vaut mieux, de nos jours, laisser les coquillages sur place, et ramasser le plastique…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • RSE : Hub One obtient la médaille d’or EcoVadis

    Hub One, opérateur de technologies digitales pour les entreprises, a obtenu la médaille d’or EcoVadis pour sa performance RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises). Avec une note de 74/100, le groupe dirigé par Guillaume de Lavallade améliore de 4 points son

le Coin ESS

  • Crédit Agricole : un prêt éco-responsable pour Prada

    Le Crédit Agricole vient de signer un prêt d’un nouveau genre avec Prada. La banque française va ainsi prêter 50 millions d’euros à la maison de luxe italienne, selon de nouveaux critères éco-responsables. Il s’agit d’un prêt d’un genre nouveau.