L’ONU va déployer des systèmes mondiaux d’alerte précoce pour les conditions météorologiques extrêmes

  • Publié le: mercredi 23 mars 2022

Alors que le changement climatique alimente des conditions météorologiques dangereuses dans le monde entier, les Nations Unies s’engagent à ce que la surveillance météorologique d’alerte précoce couvre la population totale de la planète d’ici cinq ans.

« La moitié de l’humanité est déjà dans la zone de danger« , a déclaré le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, plus tôt cette semaine. Et pourtant, « un tiers de la population mondiale, principalement dans les pays les moins avancés et les petits États insulaires en développement, n’est toujours pas couverte par les systèmes d’alerte précoce« .

Aujourd’hui, il y a environ cinq fois plus de catastrophes liées aux conditions météorologiques qu’il n’y en avait dans les années 1970. Ces sécheresses, inondations, vagues de chaleur et tempêtes ont tué plus de 2 millions de personnes et causé 3,64 billions de dollars de pertes dans le monde depuis 1970, selon les données de l’OMM.

Alors que la tendance devrait s’aggraver à mesure que les températures mondiales continuent de grimper, « il est nécessaire d’investir 1,5 milliard de dollars » au cours des cinq prochaines années pour prévoir quand des événements extrêmes pourraient se produire, a déclaré le secrétaire général de l’Organisation météorologique mondiale, Petteri Taalas.

On ne savait pas immédiatement combien d’argent l’ONU avait alloué au projet, dont une partie avait été annoncée lors du sommet de l’ONU sur le climat de l’année dernière à Glasgow, en Écosse.

L’Afrique est particulièrement vulnérable aux catastrophes naturelles, qui peuvent également avoir un impact sur la sécurité alimentaire. Certaines parties du continent sont fréquemment ravagées par la sécheresse, les cyclones ou des précipitations intenses, mais 60 % de la population vit dans des zones qui ne sont pas couvertes par des systèmes météorologiques d’alerte précoce.

Un système efficace et déterminant

Alors que les catastrophes naturelles sont devenues plus fréquentes, les systèmes d’alerte ont contribué à réduire le nombre de morts d’environ 76 % depuis les années 1970 en donnant aux gens le temps de se préparer ou de fuir un danger imminent, ou en incitant les gouvernements à mobiliser l’aide.

De tels systèmes peuvent également aider à protéger les économies. Un avertissement de tempête 24 heures sur 24, par exemple, peut aider les gens à réduire les dégâts d’environ 30 %, selon un rapport de 2019 de la Commission mondiale sur l’adaptation. Le même rapport suggérait que dépenser 800 millions de dollars pour des systèmes d’alerte précoce dans les seuls pays en développement permettrait d’éviter jusqu’à 16 milliards de dollars de pertes annuelles.

Pourtant, « nous ne devons pas nous contenter de prévenir les décès« , a déclaré Mohamed Adow, directeur de Power Shift Africa, un groupe de réflexion basé à Nairobi. « Si les gens survivent à une catastrophe climatique mais sont ensuite livrés à eux-mêmes avec leurs maisons et leurs moyens de subsistance détruits, c’est une maigre bénédiction. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

le Coin ESS