Les constructeurs automobiles toujours dans la tourmente

  • Publié le: mercredi 23 mars 2016

Alors que les répercussions de l’affaire Volkswagen n’en finissent pas, une étude vient d’être publiée et met en lumière les sanctions financières auxquelles plusieurs entreprises automobiles sont exposées : sept d’entre elles sont particulièrement pointées du doigt.

C’est l’agence de notation Carbon Disclosure Project (CDP) qui a mené une étude sur les quinze constructeurs automobiles les plus importants au monde. Le but de leur travail : observer de près leur impact climatique et voir quelles entreprises dépassent les normes de sécurité demandées par les états. Le rapport de CDP met en lumière que Volkswagen n’est pas le seul constructeur à être hors limites, et sept autres entreprises pourraient être sanctionnées financièrement pour leur manque de sérieux en matière de normes environnementales : General Motors, Ford, Fiat Chrysler, BMW, Hyundai, Daimler et Honda.

Les éventuelles sanctions à cause des émissions de CO2 trop élevées sont estimées à plusieurs milliards de dollars selon les constructeurs. Le CDP rappelle qu’il est plus que temps que les constructeurs prennent leurs responsabilités et engagent des politiques de réductions de CO2 efficaces. Les quinze constructeurs observés représentent à eux seuls 90% du parc automobile mondial.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • Un maillot de champions, pas vraiment éthique

    Le nouveau maillot des vainqueurs du mondial de football est vivement critiqué pour l’écart constaté entre son coût de production et son prix de vente. Suite à sa victoire lors de la Coupe du monde de football, l’équipe de France

le Coin ESS

  • La finance solidaire doit sortir de sa niche

    Alors que le système actuel des marchés financiers fait défaut aux gens, à la planète et aux investisseurs , il est temps que la finance à impact social se généralise.  Au cours des dix années qui se sont écoulées, l’investissement