82% de la richesse mondiale va au 1% les plus riches

  • Publié le: mardi 23 janvier 2018

Oxfam vient de publier son rapport annuel en vue du forum économique de Davos. Il en ressort que les inégalités dans le monde se sont de nouveau creusées.

En 2017, c’est 82% de la richesse du globe qui a terminé dans les mains des 1% les plus riches de notre planète. C’est ce que révèle le rapport « récompenser le travail, pas la richesse » de l’ONG britannique Oxfam publié le lundi 22 janvier 2018, veille de l’ouverture du World Economic Forum à Davos. Les femmes sont les plus touchées par ces disparités.

De fait, le nombre de milliardaires ne cesse d’augmenter, et 2017 a été l’année où l’on a connu la plus forte hausse de l’histoire, puisqu’on décompte un nouveau milliardaire tous les deux jours. En richesse, cela représente une hausse de 762 milliards de dollars en douze mois, soit ce qui équivaut à sept fois le montant nécessaire pour stopper la pauvreté extrême sur notre planète.

Un système économique en bout de course

« Le boom des milliardaires n’est pas le signe d’une économie prospère, mais un symptôme de l’échec du système économique » a expliqué Winnie Byanyima, directrice d’Oxfam.

Ce sont 3,7 milliards de personnes (soit 50% de la population mondiale) qui n’ont pas pu bénéficier de la croissance économique de 2017. Et le 1% le plus riche, accumule davantage que les 99% restants. Il a également déjoué 200 milliards de dollars par des manœuvres fiscales (Panama Papers entre autres).

Du côté des pays en développement, l’évasion fiscale leur fait perdre jusqu’à 170 milliards de dollars par an, ce qui est plus conséquent que le niveau des aides qui leurs sont attribuées. Pour Oxfam, il s’agit d’un des principaux enjeux,

Pourtant depuis 2010, soit peu de temps après le début de la crise de 2008, la richesse de cette « élite » a augmentée de 13% par année. « Au cours des dix dernières années, les travailleurs et travailleuses ordinaires ont vu leurs revenus augmenter de 2 % en moyenne par an » selon Oxfam.

Les femmes sont les plus touchées

« On exploite les personnes qui fabriquent nos vêtements, qui assemblent nos téléphones portables et cultivent les aliments que nous mangeons, afin de garantir un approvisionnement constant en produits pas chers, mais aussi pour grossir les profits des entreprises et leurs riches investisseurs », s’exaspèrent les responsables de l’ONG dans un communiqué.

Le rapport conclut avec cette phrase qui fait froid dans le dos « Un PDG de l’une des cinq plus grandes entreprises du secteur de la confection gagne en quatre jours ce qu’une ouvrière bangladaise gagne au cours de sa vie entière ».

Et sans surprises, les plus affectées par ces disparités sont les femmes des pays pauvres. A titre d’exemple, les ouvrières se retrouvent tout en bas de la pyramide. Elles gagnent moins que les hommes et occupent généralement des métiers moins rémunérés et plus précaires.

Du côté des milliardaires, il n’y a pas d’exceptions non plus puisque 90% d’entre eux sont des hommes.

2 thoughts on “82% de la richesse mondiale va au 1% les plus riches

    1. Bonjour Charlotte, on est justement en train de mettre en place une newsletter. Je vous propose de vous tenir au courant dès qu’elle sera fonctionnelle. Merci pour votre fidélité ! La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • Un maillot de champions, pas vraiment éthique

    Le nouveau maillot des vainqueurs du mondial de football est vivement critiqué pour l’écart constaté entre son coût de production et son prix de vente. Suite à sa victoire lors de la Coupe du monde de football, l’équipe de France

le Coin ESS

  • La finance solidaire doit sortir de sa niche

    Alors que le système actuel des marchés financiers fait défaut aux gens, à la planète et aux investisseurs , il est temps que la finance à impact social se généralise.  Au cours des dix années qui se sont écoulées, l’investissement