Greenpeace rachète des centrales à charbon… pour mieux les fermer

  • Publié le: jeudi 22 octobre 2015

La nouvelle a de quoi surprendre : l’ONG Greenpeace, bien connue pour ses actions coup de poing en faveur de l’environnement, a officiellement annoncé son intention de se porter acquéreur de plusieurs centrales à charbon et mines situées en Allemagne.

Loin de vouloir se lancer dans l’industrie du charbon, Greenpeace a décidé de faire une offre sur les cinq mines de lignite et les cinq centrales à charbon de Vattenfall pour arrêter leur activité. Ces dernières années, le groupe suédois a souvent été montré du doigt par l’ONG à cause de son activité nocive pour la nature. Or, face à la montée des énergies alternatives, le charbon n’a plus vraiment bonne presse ; un argument qui, en plus des perspectives financières très entamées, a décidé Vattenfall a se séparer de ses mines et de ses centrales. Cette décision représente une aubaine pour Greenpeace qui espère bien les racheter et ainsi entamer une transition visant à la fermeture définitive des sites.

Restent deux points importants à régler : le prix demandé est de 1,6 milliard d’euros, une somme que Greenpeace juge largement surévaluée. Par ailleurs, les différents sites emploient environ 8 000 personnes que Greenpeace devra reclasser dans des filières d’énergie verte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • Un maillot de champions, pas vraiment éthique

    Le nouveau maillot des vainqueurs du mondial de football est vivement critiqué pour l’écart constaté entre son coût de production et son prix de vente. Suite à sa victoire lors de la Coupe du monde de football, l’équipe de France

le Coin ESS

  • La finance solidaire doit sortir de sa niche

    Alors que le système actuel des marchés financiers fait défaut aux gens, à la planète et aux investisseurs , il est temps que la finance à impact social se généralise.  Au cours des dix années qui se sont écoulées, l’investissement