Mise au point sur le covoiturage en France

  • Publié le: mardi 22 septembre 2015

Depuis plusieurs années, les sites de covoiturage ont vu le jour avec succès pour mettre en relation conducteurs et futurs passagers. Le rapport qui vient d’être présenté par l’ADEME sur les habitudes de covoiturage longue distance permet d’y voir plus clair sur les usages des français en matière de transport.

Ils sont jeunes (33 ans en moyenne), vivent souvent seuls et ils choisissent de partager leur voiture avec des passagers pour des raisons économiques. Voici le profil type des conducteurs adeptes de covoiturage. Ce portrait dressé par l’étude montre bien qu’un changement de comportement est en train de s’opérer chez les jeunes générations en ce qui concerne des déplacements automobiles. La voiture est un poste de dépense important pour ces actifs qui choisissent donc de rentabiliser leur voiture en accueillant des passagers. Et pour les passagers, le faible coût du déplacement explique l’adhésion à ce mode de transport par ailleurs convivial.

La conclusion de l’étude souligne que « ce type de covoiturage permet une réduction du trafic automobile et engendre un grain environnemental de l’ordre de 12% à l’échelle d’un équipage. » Avec un schéma gagnant-gagnant, nul doute que le covoiturage a encore de beaux jours devant lui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • Un maillot de champions, pas vraiment éthique

    Le nouveau maillot des vainqueurs du mondial de football est vivement critiqué pour l’écart constaté entre son coût de production et son prix de vente. Suite à sa victoire lors de la Coupe du monde de football, l’équipe de France

le Coin ESS

  • La finance solidaire doit sortir de sa niche

    Alors que le système actuel des marchés financiers fait défaut aux gens, à la planète et aux investisseurs , il est temps que la finance à impact social se généralise.  Au cours des dix années qui se sont écoulées, l’investissement