L’influence des salariés sur l’action climatique de leur employeur

  • Publié le: lundi 22 août 2022

L’activisme des employés passe de l’ombre au courant dominant. Une nouvelle vague de prise de conscience, couvrant des questions telles que le changement climatique et les inégalités sociales, traverse les réunions du personnel et les forums. Et pour les employeurs qui cherchent de nouveaux investissements, à recruter de nouveaux talents ou simplement à se développer, ils savent que c’est un mouvement qu’ils ne peuvent ignorer.

Une petite révolution a vu le jour chez Amazon, au sein du siège, à Seattle, aux Etats-Unis. Deux employés ont fait valoir qu’Amazon n’avait pas de véritable système en place pour faire face à ses impacts climatiques, alors que de nombreuses autres géants du web s’étaient engagés dans des plans radicaux pour réduire leurs émissions de carbone. Ils ont alors commencé à parler à leurs collègues et à s’organiser, formant finalement Amazon Employees for Climate Justice (AECJ) et proposant une résolution aux actionnaires pour apporter des changements.

Bien que leur résolution ait été rejetée, elle a recueilli le soutien de 30 % des actionnaires, même si le directeur général Jeff Bezos n’en faisait pas partie. La pression s’est poursuivie puisque l’AECJ a organisé une grève à l’usine de Seattle, avec des travailleurs d’autres entreprises technologiques telles que Google, en soutien aux grèves mondiales pour le climat de 2019. Par coïncidence, la veille du débrayage, Amazon s’est engagé à devenir net zéro d’ici 2040.

C’est cette action collective, dit Eliza Pan, une autre ancienne salariée d’Amazon, toujours active à l’AECJ, qui est la clé. « Les entreprises réagiront lorsque de nombreux employés se réuniront pour exiger des changements« , explique-t-elle. « Ce que nous avons appris grâce à notre travail chez Amazon, c’est que nous avons le pouvoir d’influencer ce qu’Amazon fait, mais seulement si nous travaillons tous ensemble. Si des entreprises comme Amazon sont obligées par leurs propres employés d’aller plus vite, cela prépare également le terrain pour que d’autres entreprises suivent. »

Certains cabinets de conseil en climat accompagnent les salariés et observent les changements qui s’opèrent peu à peu.

L’un d’entre eux a pu constater à quel point l’action de l’AECJ a été déterminante.  Il a également travaillé avec Uber, aidant les employés à détourner une réunion d’entreprise et à bombarder la direction de questions sur les raisons pour lesquelles elle avançait si lentement dans ses initiatives climatiques. Un mois plus tard, Uber a annoncé ses nouveaux objectifs climatiques, dit-elle.

Pour la directrice de ce cabinet, son rôle est de combler le fossé entre les entreprises et leurs employés. « Nous suivons la ligne de conduite délicate de travailler avec les leaders du développement durable des entreprises et les organisateurs d’employés, car les deux sont essentiels pour aller de l’avant, faire le travail et demander des comptes à l’entreprise« , explique-t-elle.

Aujourd’hui, estime-t-elle, ce type de contribution accrue des employés « est l’avenir de la responsabilité d’entreprise… (et) un baromètre de l’authenticité des engagements climatiques d’une entreprise. Accueillent-ils plus d’employés ? Acceptent-ils la pression et disent-ils : ‘tu as raison, nous devons aller plus vite ?’ »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

le Coin ESS