Les supermarchés doivent aider à mettre fin aux « conditions de travail brutales » des agriculteurs

  • Publié le: vendredi 22 juin 2018

« Des millions de femmes et d’hommes qui produisent notre nourriture sont pris au piège dans la pauvreté et font face à des conditions de travail brutales, malgré les profits de milliards de dollars de l’industrie alimentaire », a déclaré Oxfam International.

 Les supermarchés occidentaux utilisent leur pouvoir d’achat pour forcer les fournisseurs à réduire leurs prix, contribuant ainsi à l’exploitation, à l’insécurité alimentaire et même au travail forcé de millions d’agriculteurs à travers le monde, a déclaré aujourd’hui l’organisation caritative mondiale Oxfam.

Des pratiques commerciales déloyales

« Des millions de femmes et d’hommes qui produisent notre nourriture sont pris au piège dans la pauvreté et font face à des conditions de travail brutales, malgré les profits de milliards de dollars de l’industrie alimentaire», a déclaré Oxfam International.

« Du travail forcé à bord des bateaux de pêche en Asie du Sud-Est, des salaires de misère dans les plantations de thé indiens et de la faim dans les exploitations viticoles d’Afrique du Sud ».

Dans des enquêtes menées dans cinq pays l’année dernière, Oxfam a déclaré avoir documenté ce que les géants des supermarchés qualifient de « pratiques commerciales déloyales», telles que la fixation de prix inférieurs au coût d’une production durable.

Ils ont également refusé d’augmenter les prix afin de tenir compte de l’augmentation du salaire minimum, ajoute le rapport.

De telles pratiques ont laissé les travailleurs au bas de la chaîne d’approvisionnement payer le prix le plus lourd.

En Thaïlande, plus de 90% des travailleurs des usines de transformation des produits de la mer ont déclaré qu’ils étaient restés sans assez de nourriture pour se nourrir eux-mêmes le mois précédent, a indiqué Oxfam. Environ 80 pour cent de ces travailleurs étaient des femmes, at-il ajouté.

En Italie, où de nombreux travailleurs agricoles sont des migrants, 75% des femmes travaillant dans des fermes de fruits et légumes ont déclaré qu’un membre de leur famille devait manquer des repas parce qu’elles n’avaient pas les moyens d’acheter suffisamment de nourriture.

« C’est un des paradoxes les plus cruels de notre époque »

« L’écart entre un salaire vital et ce qui est effectivement perçu est encore plus grand dans les filières où les femmes constituent la majorité de la main d’œuvre ».

« C’est un des paradoxes les plus cruels de notre époque, que les gens qui produisent notre nourriture et leurs familles manquent de nourriture », a déclaré Oxfam.

L’organisation a critiqué les grands supermarchés européens et américains pour ne pas avoir veillé à ce que les producteurs d’aliments soient traités avec dignité.

Selon Oxfam, l’origine des inégalités viendrait en partie de la tendance des chaînes de supermarchés à offrir un large choix de produits tout au long de l’année, et ce à moindre coût.

Cette campagne s’adresse principalement aux supermarchés eux-mêmes. Ces derniers ne s’inquiétant que minoritairement sur les conditions de travail des personnes qui produisent la nourriture.

« Les huit plus grands supermarchés publics du monde ont généré quelque 1 000 milliards de dollars de ventes en 2016 et près de 22 milliards de dollars de bénéfices », a déclaré Oxfam.

Oxfam prévoit de lancer une campagne pour exhorter les supermarchés à « réprimer les conditions de travail inhumaines ».

« Les supermarchés peuvent se permettre de payer les producteurs à un prix équitable sans que cela ait des répercussions majeures pour les acheteurs», a déclaré Winnie Byanyima, directrice générale d’Oxfam.

« Dans de nombreux cas, redonner un ou deux pour cent du prix de détail – quelques centimes – changerait la vie des femmes et des hommes qui produisent la nourriture», a-t-elle déclaré.

Oxfam recommande dans son rapport au gouvernement et parlementaires français d’adopter certaines mesures telles que le versement d’un salaire décent à tous les travailleurs de la chaîne de production, de limiter les écarts démesurés de revenus au sein d’une même entreprise et de mettre fin aux versements record de dividendes pour les actionnaires au détriment des salariés.

Ces mesures rentrent dans le cadre de l’examen de la loi PACTE.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

le Coin ESS

  • Emmaüs lutte contre le gaspillage vestimentaire

    L’association Emmaüs relance le débat autour de l’économie solidaire appliquée à la grande distribution : elle a décidé de militer en faveur de la mise en place d’une loi pour lutter contre le gaspillage vestimentaire. Son objectif : demander aux