Portrait robot des cadres RSE en France

  • Publié le: lundi 22 février 2016

Le cabinet de recrutement Birdeo a dévoilé les résultats de sa seconde étude sur les cadres RSE en France. Même si beaucoup de points positifs ressortent, ces cadres d’un nouveau genre sont encore mal reconnus.

Pour  la seconde année, Birdeo a lancé une enquête auprès des cadres RSE français pour faire un état des lieux de leur profession. Globalement, les cadres RSE commencent à avoir une meilleure visibilité en entreprise, et ils sont là par vocation. La moitié de ces cadres se voient d’ailleurs faire toute leur carrière dans cette spécialité. C’est aussi un secteur qui réussit mieux aux femmes puisque la différence de salaire y est moindre : seulement 3% d’écart de salaire contre 21% de moins pour les autres cadres.

Malgré ces points positifs, l’étude souligne une certaine précarité des cadres RSE. Ils sont moins nombreux à être en CDI : 75% seulement contre 86% pour les cadres standards. Dans le secteur public et l’associatif, le chiffre chute même à 39%. Autre point noir : sur 650 cadres interrogés, l’étude recense 500 métiers différents. Un manque de cohésion qui s’explique par deux facteurs : les cadres RSE ou DD ajoutent cette casquette à leur cœur de métier ; par ailleurs le secteur n’est pas encore bien structuré, ce qui empêche les postes d’être clairement définis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • Le congé parental commence à s’imposer

    Les entreprises françaises sont de plus en plus nombreuses à déployer le principe de congé parental généralisé aux deux parents. Une initiative qui prend de l’avance sur les dispositions légales, et qui vise à favoriser l’égalité hommes-femmes en entreprise. En

le Coin ESS

  • Crédit Agricole : un prêt éco-responsable pour Prada

    Le Crédit Agricole vient de signer un prêt d’un nouveau genre avec Prada. La banque française va ainsi prêter 50 millions d’euros à la maison de luxe italienne, selon de nouveaux critères éco-responsables. Il s’agit d’un prêt d’un genre nouveau.