Wifi public : responsabilité des entreprises et réglementation d’usage de l’Hadopi

  • Publié le: mardi 21 décembre 2021

Les entreprises ont la responsabilité de sécuriser les accès Internet dont elles ont la charge à travers leurs réseaux Wifi publics, a insisté le directeur des études et de l’offre légale de l’Hadopi, Raphaël Berger, au cours d’un entretien accordé au site Internet de l’opérateur Hub One, l’un des experts français en technologies digitales pour les entreprises.

Mal sécurisés, les réseaux Wifi publics des entreprises représentent des failles de sécurité privilégiées par les pirates pour mener des attaques informatiques. Afin de contrer la menace, les entreprises et collectivités doivent se responsabiliser et veiller à ce que leur connexion soit protégée pour ne pas être utilisée par un tiers de façon frauduleuse.

La Haute Autorité pour la Diffusion des Œuvres et la Protection des droits sur internet (Hadopi) joue un rôle dans la lutte face aux usages contrefaisants des biens culturels en ligne. Raphaël Berger, le Directeur des Etudes et de l’Offre légale de l’Hadopi a partagé auprès de Hub One ses recommandations pour sécuriser les réseaux.

Les entreprises et collectivités, premières responsables de la sécurisation de leur réseau Wifi

Aux yeux de la loi, toute entreprise ou collectivité titulaire d’un abonnement à l’Internet est responsable de son utilisation et de sa sécurisation. « Il est important qu’elles soient vigilantes et mettent en place des solutions pour sécuriser leurs accès internet et réseaux partagés auprès de tiers afin de se protéger de toute contrefaçon et consommation illicite de biens culturels dématérialisés », explique Raphaël Berger.

Les structures privées et administrations ont aujourd’hui saisi l’ampleur de la menace cyber et sont donc informées et proactives pour s’en protéger. Cela passe par des mesures de sensibilisation contre les usages illicites des réseaux Wifi. Pour ce faire, des solutions techniques existent comme le système de filtrage, la désinstallation de logiciels pair-à-pair (peer to peer en anglais), la conservation des données de connexion (logs) ou encore le système de pare-feu.

Entre pédagogie et sanctions, l’Hadopi soutient les entreprises et collectivités

Afin de sensibiliser les entreprises à un usage responsable de l’Internet, l’Hadopi s’appuie sur la pédagogie. Le but, selon le Directeur, étant « d’amener les utilisateurs d’internet à protéger le droit d’auteur d’une œuvre culturelle dématérialisée ». Face à la multiplicité des types d’œuvres en ligne d’une part, et aux modalités d’accès différents d’autre part, des campagnes de sensibilisation sont mises en place dans l’objectif d’aider les internautes à comprendre ce qui se cache derrière la création d’une œuvre et comment la consommer de manière licite.

Comme le précise Raphaël Berger, « l’autorité publique indépendante a pour principale compétence d’utiliser la procédure de réponse graduée avant que la justice ne soit saisie ». Elle consiste, à la suite d’un piratage constaté, à envoyer deux avertissements dissuasifs à l’utilisateur. Les internautes doublement prévenus continuant à consommer frauduleusement les contenus disponibles, ou utiliser le net à des fins de contrefaçon des œuvres culturelles encourent une amende allant de 1500 à 7000 euros.

Aujourd’hui, les entreprises et collectivités peuvent voir leurs réseaux Wifi publics ou filaires utilisés par des pirates informatiques à des fins de fraude ou de contrefaçons d’œuvres culturelles. Bien qu’il existe des solutions techniques pour lutter contre ces intrusions, elles ne peuvent pas totalement protéger les entreprises ou les collectivités. Le meilleur bouclier contre le piratage reste la sensibilisation des internautes de la part des organisations. En soutien de ces dernières, l’Hadopi peut user de pédagogie mais également faire preuve d’autorité pour dissuader les pirates dans leurs projets frauduleux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

le Coin ESS