Une start-up marseillaise primée par le Ministère de l’économie

  • Publié le: lundi 21 décembre 2015

En parallèle de la COP 21, la France a voulu mettre en valeur les start-up hexagonales les plus innovantes en matière développement durable grâce au projet French Tech. A cette occasion, le Ministère de l’économie a décerné les prix du concours sur les innovations technologiques. A la première place, on retrouve une start-up marseillaise, Enogia, qui recycle le gaz perdu pour en faire de l’électricité.

C’est en 2009 que l’aventure d’Enogia commence avec une idée simple : utiliser les gaz perdus rejetés par les moteurs pour en faire de l’électricité. Ou comment résoudre un problème de pollution quotidienne tout en fournissant une nouvelle source d’énergie à la population. Cette revalorisation des gaz s’effectue à l’aide de turbines spécialement conçues et fabriquées par Enogia. Au lieu de s’évaporer dans la nature, le gaz est donc récolté puis utilisé à des fins énergétiques.

La petite entreprise marseillaise compte désormais dix-sept employés, et avec le partenariat qu’elle a signé avec IFP Energies Nouvelles, elle espère encore développer sa technologie pour se montrer plus compétitive. Déjà présente en France, en Italie et en Chine, la start-up espère bien toucher le marché mondial dans les années à venir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • Un maillot de champions, pas vraiment éthique

    Le nouveau maillot des vainqueurs du mondial de football est vivement critiqué pour l’écart constaté entre son coût de production et son prix de vente. Suite à sa victoire lors de la Coupe du monde de football, l’équipe de France

le Coin ESS

  • La finance solidaire doit sortir de sa niche

    Alors que le système actuel des marchés financiers fait défaut aux gens, à la planète et aux investisseurs , il est temps que la finance à impact social se généralise.  Au cours des dix années qui se sont écoulées, l’investissement