Destination emploi pour le train de la relance

  • Publié le: mardi 21 septembre 2021

Un train-expo baptisé le train de la relance sillonne les régions françaises depuis le 6 septembre. Initiée par le gouvernement, la démarche vise à présenter les enjeux du plan France Relance dans les territoires et de faire connaître aux demandeurs d’emplois, et plus particulièrement aux jeunes, les besoins de recrutement des entreprises. Une initiative gagnant-gagnant. 

Depuis quelques jours, un drôle de train parcourt l’Hexagone. Baptisé train de la relance, il sillonne les 12 régions de la France continentale et marque l’arrêt dans 12 villes, du 6 septembre au 2 octobre 2021. Sa mission est claire : « présenter l’ambition de France Relance et vous permettre de vous saisir encore plus fortement de toutes les opportunités offertes par le plan de relance, près de chez vous », détaille le gouvernement. 

 

Prendre le train en marche

 

Réalisée avec le concours d’EDF, de Pôle Emploi et de la SNCF, cette opération est bien plus qu’un coup de comm’, selon le gouvernement qui assure que des débouchés sont à la clé. Et ce, notamment pour les jeunes, mis au cœur du dispositif. Concrètement, le train itinérant de la relance dispense un programme dédié à la jeunesse, à travers le déploiement d’un Village de l’emploi éphémère, qui doit mettre en relation les entreprises avec les demandeurs d’emploi.

Les jeunes participants peuvent aussi réaliser leur CV vidéo, avec l’appui des animateurs de la station de radio Skyrock. Au programme également, des « Rencontres 1 jeune 1 solution ». L’idée : « Participez aux “Rencontres 1 jeune 1 solution” au sein d’une université partenaire pour connaître les aides spécialement mises à disposition des jeunes pour vous accompagner dans votre parcours et faciliter votre insertion professionnelle », détaille le gouvernement.  

 

La France recrute 

 

Qu’en est-il sur le terrain ? À Caen par exemple, où le train a effectué son étape normande, le parking a accueilli des entreprises locales qui ont tenu des jobs dating et des ateliers pratiques à destination des demandeurs d’emploi. En tout, 670 offres d’emploi étaient à pourvoir. Et ce, dans des secteurs d’activités variés tels que : l’aide à domicile, le commerce de gros, le téléconseil, l’industrie agroalimentaire, le bâtiment et les travaux publics, les transports ou encore le commerce-réparation.

Car oui, en dépit de la crise économique, nombreux sont les secteurs à la peine dans leurs recrutements. Si les embauches sont reparties à la hausse, « 44 % des entreprises anticipent des difficultés pour pourvoir leurs offres de postes », révèle la dernière étude annuelle de Pôle emploi sur les besoins de main-d’œuvre. Et les emplois-cadres ne font pas exception, puisque 76 % des recruteurs estiment qu’ils rencontreront des difficultés à dénicher les compétences recherchées. 

Les Français ne seraient-ils pas suffisamment formés ? La vérité est peut-être à chercher ailleurs. Les salariés eux, seraient de plus en plus en quête de sens. 

 

EDF et la SNCF sur les rails

 

Un sens qu’ils trouveront peut-être dans les métiers de la transition énergétique. EDF propose plus de 2 000 offres d’emplois de niveau Bac, Bac+2 à Bac+5, avec ou sans expérience, dans des domaines tels que la production d’électricité nucléaire et renouvelable, les services énergétiques ou le transport d’électricité. « La transition énergétique que vit la France est créatrice d’emplois qualifiés.» explique Christophe Carval, DRH du Groupe.

La SNCF ne fait pas non plus exception et rappelle que « le volet ferroviaire de France Relance s’inscrit en cohérence avec les priorités de politiques publiques dans le cadre de la relance et avec celles du projet stratégique du Groupe SNCF à horizon 2030 ». Projet dont l’ambition est de faire du Groupe un champion de la mobilité durable, pour les voyageurs et les marchandises. Une aspiration qui aura besoin de bras pour se réaliser ! Dans ce cadre, la SNCF l’assure, elle « construit une stratégie territoriale avec chaque région afin de renforcer son rôle de partenaire clé́ des collectivités locales et du développement ferroviaire, économique et de l’emploi au sein des régions ».

Côté EDF, les besoins sont chiffrés. Pour 2021, le Groupe est en quête de 8 000 nouveaux salariés (dont 5 300 jeunes), principalement en CDI. Pour finir de séduire la jeunesse, l’entreprise rappelle que l’accompagnement des jeunes vers l’emploi et leur formation est une des priorités du Groupe. En 2020, un tiers des recrutés étaient issus d’alternances et de stages. Actuellement, le Groupe cherche à recruter quelque 3 500 stagiaires et 4 000 alternants pour la seule promotion 2021-2022.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • Panasonic propose la semaine de travail de 4 jours au Japon

    Le conglomérat électronique Panasonic est la dernière grande entreprise japonaise à annoncer une semaine de travail de quatre jours aux employés intéressés. « Nous devons soutenir le bien-être de nos employés« , a déclaré le PDG de Panasonic, Yuki Kusumi, aux investisseurs

le Coin ESS