L’Europe investit dans les entreprises sociales françaises

  • Publié le: lundi 21 mars 2016

L’économie sociale et solidaire française va bénéficier d’un coup de pouce considérable de l’Union Européenne qui est prête à investir 33 millions d’euros pour aider à développer des entreprises sociales dans l’hexagone.

Le Fonds Européen d’Investissement a signé la semaine dernière un accord avec la NEF, la coopérative française qui s’est spécialisée dans le financement de projets eco-responsables. L’accord passé prévoit une garantie d’entrepreneuriat social d’un montant de 33 millions d’euros. C’est la première fois qu’un tel accord est passé, et il va vraisemblablement servir de test pour voir si le financement européen peut être un levier suffisant pour faire grandir l’économie solidaire et sociale dans les pays de la zone euro.

Avec cette enveloppe, la NEF va pouvoir faciliter l’accès au crédit pour les entrepreneurs sociaux. Leurs structures sont souvent trop petites et dotées de trop peu de garanties pour lever des financements auprès des banques traditionnelles. Pour répondre aux besoins de ce nouveau modèle économique, la NEF compte donc faciliter les levées de fonds des projets les plus innovants. Les entreprises sélectionnées auront besoin de moins de garanties et bénéficieront d’un taux d’intérêts réduit pour leur prêt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • Le Crédit Agricole s’engage pour les droits humains

    Le 31 juillet dernier, le groupe Crédit Agricole a signé un accord-cadre international avec UNI Global Union. Cet accord vise à renforcer les engagements du groupe en ce qui concerne le respect et la défense des droits humains, mais aussi

le Coin ESS

  • La finance durable s’invite dans les discussions du G7

    Alors que la France assure la présidence du G7, un nouveau sujet fait son apparition dans les débats : la finance durable. Le gouvernement français souhaite l’inscrire à l’ordre du jour. Le but : rendre le capitalisme plus durable. Chantilly