Plus d’emplois en France grâce à l’ubérisation ?

  • Publié le: mardi 20 décembre 2016

De plus en plus décrié, le phénomène d’ubérisation de plusieurs secteurs d’activités en France est pourtant créateur d’emplois. C’est ce que révèlent les chiffres présentés par une étude de la Coface.

La Coface, qui est spécialisée dans l’assurance-crédit aux entreprises, a lancé une grande étude pour faire l’état des lieux sur l’ubérisation en France. Cette tendance née de l’économie collaborative permet de proposer des services à des tarifs avantageux pour les consommateurs et fait directement concurrence aux professionnels. Certaines corporations, comme les chauffeurs de taxi, ne voient pas d’un bon œil cette concurrence qu’ils estiment déloyale.

Selon l’étude de la Coface, il s’avère que ce nouveau phénomène est plutôt bénéfique pour l’emploi. Sur l’ensemble de l’année 2015, il y a eu 14 404 créations d’emploi parmi les chauffeurs de VTC alors que dans le même temps, 746 postes de chauffeurs de taxi ont été supprimés. Une tendance largement soutenue par l’attrait des consommateurs pour les services de VTC, moins chers que les courses en taxi.

Mais plusieurs points noirs demeurent au tableau. L’essor des services de VTC est largement porté par une réglementation peu contraignante pour les plateformes de gestion. Si l’état révisait cette réglementation, les tarifs des services pourraient devenir moins compétitifs. Autre point négatif : les chauffeurs sont des auto-entrepreneurs et pas des salariés, une position qui n’est pas forcément avantageuse pour eux car elle ne leur garantie aucun revenu fixe. Si l’ubérisation crée des emplois, ce sont donc avant tout des emplois précaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

le Coin ESS

  • Emmaüs lutte contre le gaspillage vestimentaire

    L’association Emmaüs relance le débat autour de l’économie solidaire appliquée à la grande distribution : elle a décidé de militer en faveur de la mise en place d’une loi pour lutter contre le gaspillage vestimentaire. Son objectif : demander aux