Marseille : le ramassage des déchets s’affiche sur les réseaux sociaux

  • Publié le: mardi 20 octobre 2015

Si Marseille est surtout connue pour son vieux port, la cité phocéenne est aussi célèbre pour les problèmes de propreté de ses rues et les déchets qui s’accumulent régulièrement sur les trottoirs. Afin de lutter contre le phénomène, une initiative citoyenne a investi les réseaux sociaux pour lancer un grand mouvement de propreté.

Les initiatives virales se multiplient depuis quelques sur les réseaux sociaux, et les résultats obtenus donnent de bonnes idées aux citoyens et associations qui veulent défendre leur projet. C’est ainsi qu’est née l’initiative « Un déchet par jour » : les fondateurs du mouvement ont eu l’idée d’investir Facebook, Twitter et Instagram pour demander aux marseillais de ramasser chacun un déchet par jour, de prendre une photo et de la poster sur les réseaux sociaux. Un mouvement qui prend de l’ampleur depuis qu’il a été lancé il y a un mois.

Dans un premier temps, le but est de faire diminuer les déchets dans les rues en demandant aux habitants de faire un geste citoyen. Ensuite, l’idée est de sensibiliser chacun au problème des déchets pour faire en sorte que plus personne ne jette sa canette ou son mégot sur la voie publique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • Un maillot de champions, pas vraiment éthique

    Le nouveau maillot des vainqueurs du mondial de football est vivement critiqué pour l’écart constaté entre son coût de production et son prix de vente. Suite à sa victoire lors de la Coupe du monde de football, l’équipe de France

le Coin ESS

  • La finance solidaire doit sortir de sa niche

    Alors que le système actuel des marchés financiers fait défaut aux gens, à la planète et aux investisseurs , il est temps que la finance à impact social se généralise.  Au cours des dix années qui se sont écoulées, l’investissement