Une ONG fabrique des chaussures qui grandissent avec l’enfant

  • Publié le: lundi 20 août 2018

L’ONG « Because International » a développé une paire de chaussures pouvant s’agrandir de cinq tailles pour une durée de vie avoisinant les cinq années.

Elle s’appelle « The Shoe That Grows » (la chaussure qui pousse/grandit) et est destinée aux enfants des pays pauvres qui ont un accès limité aux chaussures.

À Kibera, le plus grand bidonville urbain de Nairobi, au Kenya, les enfants sont exposés à une myriade de maladies des pieds, notamment le tétanos, les parasites, les champignons et autres bactéries nocives. Le fait de vivre pieds-nus, parce qu’ils sont incapables de s’offrir des chaussures appropriées pour protéger leurs pieds dans ces zones infestées par la maladie, les fragilisent davantage.

On estime que 1,5 milliard de personnes dans le monde souffrent de telles maladies.

Un projet couronné de succès

C’est en partant de ce constat que « Because International », une ONG basée aux États-Unis, a pensé à la conception d’une chaussure ajustable qui permette de résoudre ce problème.

L’idée a émergé quand Kenton Lee, un volontaire américain en Afrique, est tombé sur un enfant dont les orteils dépassaient de ses chaussures usées. Cela l’a incité à lever des fonds pour commencer à fabriquer une chaussure durable et abordable pour atténuer le problème dans les bidonvilles du Kenya.

Le premier lot du projet a été fabriqué en Chine, mais des efforts de production sont actuellement menés en Éthiopie. En effet, l’Éthiopie possède une source importante de cuir et de caoutchouc, ce qui en fait une destination de production plus rentable. De plus, les efforts déployés pour transférer la production de chaussures en Éthiopie ont créé des possibilités d’emploi pour les habitants, améliorant ainsi leur niveau de vie.

Jusqu’à présent, le projet a été un grand succès : « Je pense que l’impact a été formidable pour les enfants qui ont pu obtenir une paire », explique Japheth Opondo, coordinatrice du programme « Because International Kenya ».

Au prix de 15 $ (12,5€), « Because International » vend les chaussures à des donateurs qui les donnent ensuite gratuitement aux bénéficiaires.

« Because International » a distribué plus de 120 000 paires dans 91 pays (dont l’Ouganda, le Kenya, l’Inde et  Haïti).

Une chaussure reçue 5/5 (5 tailles/5ans)

« Et comme vous pouvez le voir parfois, quand les enfants marchent pieds nus, ils sont enclins à se faire mal à cause des objets tranchants présents sur le sol, mais aussi à cause des maladies qui s’attrapent au niveau des pieds. La chaussure aide vraiment dans ces domaines ».

« Because International » a conçu son réseau de distribution dans les écoles dans le but d’atteindre le plus grand nombre possible d’enfants.

Les bénéficiaires du programme ont chaudement embrassé l’initiative et reconnaissent le fait qu’il leur a permis d’améliorer leurs conditions de vie.

« Quand je joue au football, le pied ne sort pas de la chaussure et la semelle ne sort pas et c’est la raison pour laquelle je l’aime beaucoup », explique Arnold Otieno, élève dans l’une des écoles primaires locales.

Fabriquée en cuir et en caoutchouc, la chaussure est conçue pour plaire aux enfants car elle est esthétiquement attrayante et durable.

Selon le Dr Sally Kariuki, un pédiatre basé à Nairobi, au Kenya, la chaussure est pratique et conçue pour résister à l’épreuve du temps. « Si nous regardons les matériaux utilisés sont assez bons. Nous avons une semelle en caoutchouc qui est ce que nous recommandons pour les chaussures et surtout pour les enfants car ils donnent un peu d’amorti au pied. Il est également fabriqué à partir de cuir. Nous recommandons également les cuirs supérieurs car ils aident les pieds à respirer et ne les irritent pas », explique-t-elle.

Pour les parents vivant dans le bidonville la chaussure est de très bonne qualité car leurs enfants ont pu la garder pendant plus de trois ans sans avoir besoin d’en changer.

« A partir du moment où on lui a donné les chaussures, je n’ai pas eu besoin d’acheter d’autres chaussures parce qu’elles sont durables, elles sont faciles à laver, et elles ne se consument pas lorsqu’il joue avec. Enfin, il les trouve très confortables», explique l’un d’entre eux.

Les chaussures sont disponibles en trois tailles et chacune d’entre elles peut s’étendre sur cinq pointures différentes.

Selon le Fonds des Nations Unies pour l’enfance, 42% de la population kenyane vit en dessous du seuil de pauvreté, ce qui rend difficile l’accès à des produits de base.

Conçue pour les enfants âgés de 5 à 15 ans, la chaussure peut durer jusqu’à 5 ans.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

le Coin ESS

  • Emmaüs lutte contre le gaspillage vestimentaire

    L’association Emmaüs relance le débat autour de l’économie solidaire appliquée à la grande distribution : elle a décidé de militer en faveur de la mise en place d’une loi pour lutter contre le gaspillage vestimentaire. Son objectif : demander aux