Le sultan de Brunei cède devant la pression internationale

  • Publié le: lundi 20 mai 2019

Après l’appel au boycott lancé par l’acteur américain George Clooney, le sultan de Brunei est revenu sur sa décision. Il souhaitait mettre en place la lapidation à l’encontre des homosexuels, mais la mobilisation internationale en faveur des Droits de l’Homme a obtenu gain de cause.

La mobilisation a pris beaucoup plus d’ampleur que prévu. En mars dernier, le sultan de Brunei avait décidé de mettre en place une nouvelle disposition légale visant à lapider les personnes reconnues coupables d’être homosexuelles. Face à cette décision, plusieurs personnalités sont montées au créneau pour défendre les Droits de l’Homme. L’acteur américain George Clooney s’est officiellement prononcé en faveur d’un boycott des hotels de luxe appartenant au sultan de Brunei. Ce boycott a été rapidement suivi par d’autres personnalités internationales.

Le mouvement de boycott a pris une autre dimension dès lors que des entreprises privées l’ont rejoint. De grandes banques, comme Deutsche Bank et l’américain JP Morgan, ont rejoint l’appel au boycott. Elles ont interdit à leurs collaborateurs de séjourner dans les hôtels appartenant à l’Agence de Placement Brunei, le groupe d’investissements du sultan.

Face à cette levée de bouclier, Brunei a fait marche arrière. Le 5 mai dernier, le sultan de Brunei a pris la parole pour annoncer un moratoire sur la nouvelle disposition du code pénal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • Le Crédit Agricole s’engage pour les droits humains

    Le 31 juillet dernier, le groupe Crédit Agricole a signé un accord-cadre international avec UNI Global Union. Cet accord vise à renforcer les engagements du groupe en ce qui concerne le respect et la défense des droits humains, mais aussi

le Coin ESS

  • La finance durable s’invite dans les discussions du G7

    Alors que la France assure la présidence du G7, un nouveau sujet fait son apparition dans les débats : la finance durable. Le gouvernement français souhaite l’inscrire à l’ordre du jour. Le but : rendre le capitalisme plus durable. Chantilly