Emmanuel Macron souhaite ajouter le droit à l’avortement et la protection du climat à la charte de l’Union européenne

  • Publié le: jeudi 20 janvier 2022

L’appel à inscrire le droit des femmes à l’avortement dans la charte de l’UE intervient un jour après que le parlement a élu Roberta Metsola, une opposante à l’avortement, à sa présidence.

Le président Macron a déclaré le 19 janvier qu’il ferait pression pour que le droit à l’avortement et la défense de l’environnement soient ajoutés à la Charte des droits fondamentaux de l’UE, alors que la France assume la présidence tournante du bloc.

« Nous devons mettre à jour cette charte pour être plus explicite sur la protection de l’environnement, la reconnaissance du droit à l’avortement« , a déclaré Emmanuel Macron aux législateurs du Parlement européen à Strasbourg, dans l’est de la France.

« Ouvrons librement ce débat avec nos concitoyens… pour donner un nouveau souffle au pilier du droit qui forge cette Europe des valeurs fortes« , a-t-il déclaré.

L’appel à inscrire le droit des femmes à l’avortement dans la charte de l’Union européenne, ratifiée par les États membres en 2000, intervient juste un jour après que le parlement a élu à la présidence la maltaise Roberta Metsola, farouche opposante à l’avortement.

Emmanuel Macron a néanmoins félicité Roberta Metsola pour son élection dans son discours d’ouverture, reconnaissant sa foi en « notre Europe, cette Europe soutenue par les valeurs qui nous lient et nous unissent« .

Il a également exhorté les législateurs à accepter « cette tâche qui est la nôtre, et sûrement celle de notre génération, de répondre profondément au renouvellement de ses promesses« .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

le Coin ESS