Écologie : le projet Cigéo divise l’opinion

  • Publié le: mercredi 20 janvier 2016

Le ministère de l’écologie a dévoilé le montant du projet Cigéo pour l’enfouissement des déchets radioactifs. La facture devrait s’élever à 25 milliards d’euros répartis sur une durée d’exploitation du site de 140 ans.

C’est à Bure, dans la Meuse, que le projet Cigéo (Centre industriel de stockage géologique) doit voir le jour. Le site, situé à 500 mètres en-dessous du sol doit servir à accueillir une partie des déchets radioactifs français, qui requièrent des aménagements sécurisés. Des aménagements qui coûtent cher. Au-delà des inquiétudes des riverains et des associations écologiques pour l’environnement immédiat du site, c’est le montant de la facture annoncé par le gouvernement qui divise. L’Andra (agence nationale chargée de gérer les déchets atomiques) estime pour sa part que le coût total serait de l’ordre de 35 milliards d’euros. Le CEA, Areva et EDF avancent de leur côté un montant de 20 milliards.

Avant le début des travaux prévu pour 2020, le projet Cigéo devra déposer un dossier en 2017 pour obtenir son autorisation de création. La question du budget pour son financement pourrait donc devenir un sujet sensible, notamment auprès des sympathisants écologistes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • Le congé parental commence à s’imposer

    Les entreprises françaises sont de plus en plus nombreuses à déployer le principe de congé parental généralisé aux deux parents. Une initiative qui prend de l’avance sur les dispositions légales, et qui vise à favoriser l’égalité hommes-femmes en entreprise. En

le Coin ESS

  • Crédit Agricole : un prêt éco-responsable pour Prada

    Le Crédit Agricole vient de signer un prêt d’un nouveau genre avec Prada. La banque française va ainsi prêter 50 millions d’euros à la maison de luxe italienne, selon de nouveaux critères éco-responsables. Il s’agit d’un prêt d’un genre nouveau.