La politique écologique d’Obama mise sur la sellette

  • Publié le: jeudi 19 novembre 2015

C’est l’un des grands chantiers que le président Obama voulait mettre en œuvre pendant son second mandat : le Clean Power Plan est sensé donner les moyens aux Etats-Unis de diminuer la production de gaz à effet de serre dans les décennies à venir. Mais le Sénat s’oppose vigoureusement à sa mise en œuvre.

Deux résolutions ont été adoptées le 17 novembre par le Sénat américain, à majorité républicaine, pour annuler certaines réglementations du Clean Power Plan voulu par Obama. En cause : le plan devait appliquer des mesures plus contraignantes pour réduire de manière significative les émissions de gaz à effet de serre produites par les centrales électriques du pays. Les Républicains s’opposent au président démocrate sur ces mesures à cause de leur coût économique, qu’ils jugent trop élevé.

Mais à un an des élections présidentielles américaines, c’est aussi l’occasion pour les Républicains de montrer leur soutien aux états qui dépendent encore économiquement de l’industrie du charbon, et de rallier une partie de l’électorat peu convaincu par les enjeux de politique environnementale. Le président Obama a déjà annoncé qu’il opposerait son véto aux résolutions du Sénat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • RSE : Hub One obtient la médaille d’or EcoVadis

    Hub One, opérateur de technologies digitales pour les entreprises, a obtenu la médaille d’or EcoVadis pour sa performance RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises). Avec une note de 74/100, le groupe dirigé par Guillaume de Lavallade améliore de 4 points son

le Coin ESS

  • Crédit Agricole : un prêt éco-responsable pour Prada

    Le Crédit Agricole vient de signer un prêt d’un nouveau genre avec Prada. La banque française va ainsi prêter 50 millions d’euros à la maison de luxe italienne, selon de nouveaux critères éco-responsables. Il s’agit d’un prêt d’un genre nouveau.