Natixis ne veut plus financer l’industrie du charbon

  • Publié le: lundi 19 octobre 2015

La nouvelle est tombée la semaine par communiqué de presse : la banque internationale Natixis a décidé de ne plus financer d’activité industrielle en rapport avec le charbon thermique. Une décision qui s’inscrit dans une démarche responsable en faveur de l’environnement.

Depuis plusieurs années, le charbon n’a plus le en poupe. Pointé du doigt pour ces méfaits sur l’environnement mais aussi pour les aspects sécuritaires souvent négligés par les exploitants, le charbon représente une source d’énergie en voie de disparition. Pour renforcer encore ce processus, Natixis a décidé de tirer un trait sur le financement de l’industrie charbon. Concrètement, cela signifie que la banque n’investira plus dans les sociétés dont au moins 50% de l’activité repose sur des centrales électriques au charbon ou bien des mines de charbon thermique.

Outre l’aspect image de marque et l’engagement en faveur de la préservation de l’environnement, cette décision démontre bien que désormais les énergies alternatives ont la faveur des entreprises. Chez Natixis, les énergies renouvelables représentent déjà plus de 60% des financements dans le domaine de la production électrique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • Un maillot de champions, pas vraiment éthique

    Le nouveau maillot des vainqueurs du mondial de football est vivement critiqué pour l’écart constaté entre son coût de production et son prix de vente. Suite à sa victoire lors de la Coupe du monde de football, l’équipe de France

le Coin ESS

  • La finance solidaire doit sortir de sa niche

    Alors que le système actuel des marchés financiers fait défaut aux gens, à la planète et aux investisseurs , il est temps que la finance à impact social se généralise.  Au cours des dix années qui se sont écoulées, l’investissement