Nicolas Hulot : nouveau ministre de l’écologie

  • Publié le: vendredi 19 mai 2017

Avec l’annonce du nouveau gouvernement choisi par le président Emmanuel Macron, le ministère de l’écologie connaît une double révolution : l’arrivée à sa tête de Nicolas Hulot ainsi que la refont de son intitulé qui devient le Ministère de la Transition écologique et solidaire.

Aussitôt nommé, le ministre Nicolas Hulot a recueilli les faveurs des associations, des ONG et d’un certain nombre de professionnels du secteur de l’écologie et du développement durable, notamment le Syndicat des Energies Renouvelables. Si les ONG ont applaudi cette nomination, les entreprises énergétiques sont beaucoup plus frileuses face à ce choix très engagé : à la Bourse de Paris, l’action d’EDF a ainsi enregistré une baisse de 5,5% le jour de la nomination du nouveau ministre.

Parmi les nombreux chantiers qui attendent Nicolas Hulot, on peut compter la question de la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim ainsi que la renégociation possible de l’Accord de Paris par les Etats-Unis. Nicolas Hulot s’est exprimé sur Twitter pour rappeler son engagement : “Ceux qui me connaissent savent qu’être ministre n’est pas pour moi un objectif en soi. Je considère surtout que l’urgence de la situation m’impose de tout tenter pour faire émerger le nouveau modèle de société que nous appelons collectivement de nos voeux.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • Clarins, un exemple RSE ?

    Est-il encore nécessaire de présenter Clarins, l ‘un des principaux laboratoires de cosmétiques européens ? L’entreprise qui compte environ 8 500 employés et dont le chiffre d’affaires est estimé à près de 2 milliards d’euros, se veut être un exemple

le Coin ESS

  • La RSE, une idée neuve en Arabie Saoudite

    L’Arabie Saoudite est confrontée à trois grands défis : diversifier son économie, offrir des opportunités d’emplois à un nombre croissant de diplômés, et maintenir la cohésion sociale et la stabilité dans le pays. Le gouvernement saoudien, pour répondre à ces