Projet RSE du football français : des buts qui valent de l’or

  • Publié le: vendredi 19 janvier 2018

C’est l’un des secteurs d’activité dans lequel l’argent circule le plus, mais le football français est aussi l’un des secteurs les plus décriés auprès du public. En cause : des sommes d’argent jugées indécentes et un engagement sociétal trop discret. Pourtant les initiatives ne manquent pas, à l’image du nouveau projet RSE dévoilé la semaine dernière par la ligue professionnelle de football.

Ce n’était pas flagrant, et pourtant la 20e journée de Ligue 1 qui s’est tenue le weekend du 13 janvier était une grande première : pour chaque but marqué, la ligue professionnelle de football a reversé 100 euros à une association en faveur de l’éducation des jeunes. Il s’agit du tout nouveau projet RSE porté par Nathalie Boy de la Tour, la présidente de la Ligue, pour redorer le blason du football français et faire participer tous les clubs à une dynamique commune. Selon la Ligue, la majeure partie des clubs sont déjà très actifs auprès d’associations locales : au cumul, le football français fait don de 4% de son chiffre d’affaires via différentes associations. Un score largement devant celui des grandes entreprises du CAC 40 qui ne reversent en moyenne que 0,5% de leur chiffre d’affaires.

L’argent collecté par les buts marqués de la Ligue professionnelle sera intégralement reversé à l’association Simplon pour financer un réseau d’écoles du numérique qui dispensent des formations aux jeunes en difficulté ou en décrochage scolaire. Les équipes de Lens, Nice et Toulouse ont déjà annoncé qu’elles allaient mettre en place des passerelles avec les écoles du réseau pour offrir des stages aux jeunes des formations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • RSE et marchés publics : les liaisons dangereuses ?

    Depuis quelques années, les critères RSE ont été mis en avant par le code de la commande publique. Le texte insiste ainsi pour que les implications sociales et environnementales pèsent dans le choix des entreprises aux appels d’offre pour des

le Coin ESS

  • La finance durable s’invite dans les discussions du G7

    Alors que la France assure la présidence du G7, un nouveau sujet fait son apparition dans les débats : la finance durable. Le gouvernement français souhaite l’inscrire à l’ordre du jour. Le but : rendre le capitalisme plus durable. Chantilly