Si rien ne change, il faudra 202 ans pour aboutir à une parité parfaite entre hommes et femmes

  • Publié le: mardi 18 décembre 2018

Les femmes revendiquent haut et fort l’égalité de traitement et de rémunération entre les sexes, mais un rapport publié le 18 décembre indique qu’il faudra des siècles pour parvenir à la parité dans les lieux de travail du monde entier.

Le rapport du Forum économique mondial (WEF) indique que l’égalité salariale s’est quelque peu améliorée cette année par rapport à 2017, année où l’écart entre les sexes s’est creusé pour la première fois en dix ans.

Aux taux actuels, l’écart global entre les sexes dans la plupart des domaines ne sera pas comblé avant 108 ans, alors qu’il faudra probablement 202 ans pour combler l’écart sur le lieu de travail, a constaté le WEF.

L’automatisation, un danger pour les emplois traditionnellement occupés par des femmes

Le rapport annuel de l’organisation basée à Genève a permis de suivre les disparités entre les sexes dans 149 pays dans quatre domaines : l’éducation, la santé, le monde du travail et l’autonomisation politique.

Après des années de progrès dans les domaines de l’éducation, de la santé et de la représentation politique, les femmes ont enregistré des revers dans ces trois domaines cette année, a déclaré le WEF.

L’écart de salaires entre les sexes s’est quelque peu réduit, tout en affichant une disparité de 51% à l’échelle mondiale.

Le nombre de femmes occupant des postes de direction atteint désormais 34% dans le monde.

Parallèlement, le rapport a montré qu’il y avait proportionnellement moins de femmes que d’hommes sur le marché du travail, ce qui donne à penser que l’automatisation a un impact disproportionné sur les emplois traditionnellement occupés par des femmes.

Enfin, les femmes sont nettement sous-représentées dans les secteurs en expansion qui nécessitent des compétences en sciences, technologie, ingénierie et mathématiques.

Le WEF déplore notamment la participation particulièrement faible des femmes dans le domaine de l’intelligence artificielle, où elles ne représentent que 22% de la population active.

Grandes différences régionales

La situation varie considérablement selon les pays et les régions.

Par exemple, alors que les pays d’Europe occidentale pourraient réduire leurs écarts entre les sexes dans les 61 prochaines années, les pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord mettront 153 ans.

Dans l’ensemble, les pays nordiques ont encore une fois dominé le haut du classement : la parité la plus nette étant observée en Islande, suivie par la Norvège, la Suède et la Finlande.

A l’inverse, la Syrie, l’Iraq, le Pakistan et enfin le Yémen ont enregistré les plus grands écarts entre les sexes parmi les pays étudiés.

Parmi les 20 premières économies mondiales, la France a obtenu la 12ème place, suivie de l’Allemagne à la 14ème place, de la Grande-Bretagne à la 15ème, du Canada à la 16ème et de l’Afrique du Sud à la 19ème.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • Le Crédit Agricole s’engage pour les droits humains

    Le 31 juillet dernier, le groupe Crédit Agricole a signé un accord-cadre international avec UNI Global Union. Cet accord vise à renforcer les engagements du groupe en ce qui concerne le respect et la défense des droits humains, mais aussi

le Coin ESS

  • La finance durable s’invite dans les discussions du G7

    Alors que la France assure la présidence du G7, un nouveau sujet fait son apparition dans les débats : la finance durable. Le gouvernement français souhaite l’inscrire à l’ordre du jour. Le but : rendre le capitalisme plus durable. Chantilly