La Russie s’engage sur la voie de l’agriculture biologique

  • Publié le: vendredi 18 décembre 2015

Début décembre, Vladimir Poutine a saisi l’occasion de son discours annuel devant le Parlement russe pour exposer un plan ambitieux de transition agricole pour le pays : faire de la Russie le premier exportateur mondial de produits agricoles bio.

L’agriculture est un sujet crucial en Russie, et cela depuis des années. Si par le passé le pays a souvent été tributaire de ses importations agricoles pour nourrir sa population, il a beaucoup progressé ses dernières années, au point de produire assez pour exporter à son tour. Et la prochaine étale, c’est d’investir dans l’agriculture biologique. En septembre dernier, le président Poutine a interdit la culture d’OGM sur l’ensemble du territoire, alors même que la position de l’Union Européenne allait dans le sens d’une autorisation de ces cultures. Les objectifs affichés par Moscou sont désormais très clairs : faire de la Russie le premier pays exportateur de produits agricoles bio, et ainsi saisir l’opportunité économique d’un marché en croissance constante.

Dans l’optique de cette transition agricole, un projet de loi est déjà à l’étude afin de mettre en exploitation quelques 30 millions d’hectares qui seront dédiés aux cultures bio.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • RSE : Hub One obtient la médaille d’or EcoVadis

    Hub One, opérateur de technologies digitales pour les entreprises, a obtenu la médaille d’or EcoVadis pour sa performance RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises). Avec une note de 74/100, le groupe dirigé par Guillaume de Lavallade améliore de 4 points son

le Coin ESS

  • Crédit Agricole : un prêt éco-responsable pour Prada

    Le Crédit Agricole vient de signer un prêt d’un nouveau genre avec Prada. La banque française va ainsi prêter 50 millions d’euros à la maison de luxe italienne, selon de nouveaux critères éco-responsables. Il s’agit d’un prêt d’un genre nouveau.