Moins d’antibiotiques dans le lait

  • Publié le: mercredi 18 novembre 2015

La présence importante d’antibiotiques dans le lait est régulièrement pointée du doigt par les ONG comme étant un risque pour la santé mondiale. DeLaval, leader sur le marché européen des équipements d’élevages laitiers, vient d’annoncer qu’il allait réduire progressivement l’utilisation des antibiotiques dans la production du lait.

Les antibiotiques sont utilisés dans les troupeaux de vaches laitières pour prévenir les risques de mammite, une maladie qui touche les troupeaux. Mais ce traitement se répercute sur le lait, puisque des traces importantes sont trouvées dans le lait qui est ensuite consommé par l’Homme. Si ces antibiotiques ne présentent pas de risques en eux-mêmes pour la santé des êtres humains, ils ont en revanche une conséquence négative sur le long terme : l’antibiorésistance, c’est-à-dire que les organismes humains deviennent de plus en plus résistants aux antibiotiques. Un effet qui les rend ensuite inopérants dans le traitement des maladies humaines.

Pour diminuer ce risque, DeLaval s’engage à utiliser de nouvelles techniques d’analyse et de prévention des risques sanitaires au sein des troupeaux afin de réduire progressivement le recours aux antibiotiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • Le MEDEF s’engage pour l’entreprise contributive

    “Vers l’entreprise contributive” : c’est le thème choisi par le MEDEF et l’ORSE pour un colloque qui aura lieu le 25 février prochain. Un thème qui ne doit rien au hasard : le MEDEF a choisi de s’engager sur la

le Coin ESS

  • Crédit Agricole : un prêt éco-responsable pour Prada

    Le Crédit Agricole vient de signer un prêt d’un nouveau genre avec Prada. La banque française va ainsi prêter 50 millions d’euros à la maison de luxe italienne, selon de nouveaux critères éco-responsables. Il s’agit d’un prêt d’un genre nouveau.