Pôle Emploi met les demandeurs d’emploi à l’épreuve façon parcours du combattant

  • Publié le: jeudi 18 octobre 2018

Humiliation, infantilisation, tel est le sort que connaissent les demandeurs d’emploi. Ils doivent se plier à des épreuves de sélection de plus en en plus étonnantes. Certains conseillers du Pôle Emploi contestent.

Suite à la parution d’un article dans Street Press, on apprend que les demandeurs d’emploi sont désormais soumis à des sessions de recrutement rappelant les méthodes de sélection de la célèbre émission de télévision the Voice.

Au programme, des recruteurs assis sur des fauteuils rouges, dos au candidat. Ce dernier doit se présenter, et si un recruteur est séduit, celui-ci se retourne et buzz pour montrer son intérêt. Une affiche reprend la charte graphique de l’émission, il n’y a aucun doute, nous sommes dans The Voice.

Un dispositif humiliant

Et les conseillers Pôle Emploi ne semblent pas tous accepter. C’est d’ailleurs l’un d’eux qui a alerté Street Press afin que la lumière soit faite sur ces pratiques.

Le journal fait mention de 8 agences utilisant ces pratiques. Les emplois proposés sont des postes d’ouvrier abattoir, électronicien, soudeur, agent de fabrication, préparateur de commande, cariste, manutentionnaire, maçon, manœuvre et électricien.

Bien loin des métiers nécessitant une force de conviction, tels que c’est le cas pour les commerciaux par exemple.

« Trouver du travail est une nécessité, pas un jeu »

Pour Pierre-Edouard Magnan, du Mouvement national des chômeurs, ce jeu est organisé tel qu’on pourrait imaginer qu’un « emploi était un cadeau, une sorte de don que devraient arracher les demandeurs ». En rappelant que pour ces derniers, « trouver un emploi est une nécessité, pas un jeu ».

Pour la direction de Pôle Emploi, à Paris, il était important de cesser l’utilisation de la charte graphique du jeu. Le principe par contre n’est pas remis en question.

Il faut dire que depuis quelque temps, les agences jouissent d’une liberté accrue en terme d’actions en faveur de l’insertion. Des compte-rendu de leur initiatives sont ensuite réalisés et mis à disposition des autres agences, qui peuvent s’en inspirer.

Parmi ces initiatives, on retrouve d’autres clins d’œil aux émissions de télé, dont Pékin Express et « Nîmes Express » ou Top Chef avec « Pôle chef ». Il y a aussi des « épreuves » rappelant l’exploit sportif tels que des courses d’orientation, des chasses au trésor.

Street Press conclue avec le témoignage d’un dernier conseiller qui estime que « Ça part d’une bonne intention, mais au final c’est complètement infantilisant et toutes ces initiatives autour du sport donnent l’impression qu’il faut secouer les demandeurs d’emploi, qu’ils ne se bougent pas »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • RSE et marchés publics : les liaisons dangereuses ?

    Depuis quelques années, les critères RSE ont été mis en avant par le code de la commande publique. Le texte insiste ainsi pour que les implications sociales et environnementales pèsent dans le choix des entreprises aux appels d’offre pour des

le Coin ESS

  • La finance durable s’invite dans les discussions du G7

    Alors que la France assure la présidence du G7, un nouveau sujet fait son apparition dans les débats : la finance durable. Le gouvernement français souhaite l’inscrire à l’ordre du jour. Le but : rendre le capitalisme plus durable. Chantilly