Un poste de Gender Editor à la rédaction du New York Times

  • Publié le: mercredi 18 octobre 2017

C’est l’un des titres de presse phare outre-Atlantique : le New York Times a annoncé la semaine dernière qu’il allait créer un poste de Gender Editor. Ce poste, complètement inédit dans la presse, aura pour but de traiter l’actualité sous l’angle des disparités entre hommes et femmes. C’est l’auteure américaine Jessica Bennett qui a été recrutée pour tenir ce poste.

Dès le 30 octobre prochain, les lecteurs du journal américain le New York Times pourront découvrir une série d’articles sous un angle nouveau. Le directeur de la rédaction, Jodi Rudoren, a souhaité suivre l’actualité au plus près en créant un poste de Gender Editor, un rédacteur spécialisé dans les relations hommes-femmes dans le monde actuel. C’est la journaliste et auteure Jessica Bennett, qui a publié le très remarqué Fight Club féministe (paru en France en mars dernier), qui a été choisie pour occuper ce tout nouveau poste.

Depuis les années 1960, les Gender Studies se sont popularisées aux Etats-Unis afin de s’attacher à comprendre les mécanismes sociaux en jeu dans les relations entre hommes et femmes. Loin d’être une simple colonne féministe, la nouvelle série d’articles que le New York Times souhaite proposer se veut un nouvel angle de réflexion pour analyser l’actualité dans sa globalité, et pas seulement les actualités qui concernent le seul terrain du féminisme. Une première qui pourrait bien inspirer d’autres titres de presse à s’emparer de ce sujet particulièrement brûlant à l’heure où l’affaire Weinstein fait la une de toute la presse américaine.

One thought on “Un poste de Gender Editor à la rédaction du New York Times

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

le Coin ESS

  • Emmaüs lutte contre le gaspillage vestimentaire

    L’association Emmaüs relance le débat autour de l’économie solidaire appliquée à la grande distribution : elle a décidé de militer en faveur de la mise en place d’une loi pour lutter contre le gaspillage vestimentaire. Son objectif : demander aux