Monextel : un bon exemple de recyclage solidaire

  • Publié le: vendredi 18 septembre 2015

C’est l’un des effets secondaires de la course à l’innovation dans les télécommunications : la courte durée de vie des smartphones et autres téléphones portables amènent beaucoup de particuliers et d’entreprises à garder des téléphones usagers. Une entreprise de recyclage de téléphone leur propose de donner une seconde vie à leurs portables tout en finançant des associations.

Monextel est née en 2011 avec pour but de proposer un service de reprise des portables usagers qui se doublerait d’une dimension solidaire. Leur principe ? Si le téléphone fonctionne, il est repris pour être revendu sur le marché de l’occasion, et sa valeur marchande est versée à l’une des associations partenaires de Monextel. L’usager peut choisir lui-même l’association bénéficiaire. Et si le téléphone est hors d’état, il est simplement recyclé.

Les particuliers peuvent déterminer la valeur de leur téléphone directement sur le site, et ils peuvent également voir la liste complète des associations qui bénéficient des dons recueillis. Monextel propose également aux entreprises de récupérer leurs téléphones usagers. Avec de telles initiatives, il est désormais facile pour chacun d’agir de manière éco-responsable.

Source : site officiel Monextel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • Un maillot de champions, pas vraiment éthique

    Le nouveau maillot des vainqueurs du mondial de football est vivement critiqué pour l’écart constaté entre son coût de production et son prix de vente. Suite à sa victoire lors de la Coupe du monde de football, l’équipe de France

le Coin ESS

  • La finance solidaire doit sortir de sa niche

    Alors que le système actuel des marchés financiers fait défaut aux gens, à la planète et aux investisseurs , il est temps que la finance à impact social se généralise.  Au cours des dix années qui se sont écoulées, l’investissement