Écologie : Ségolène Royal peine à mobiliser les entreprises

  • Publié le: jeudi 18 février 2016

Lundi dernier, la ministre de l’écologie a annoncé trois propositions pour mobiliser les entreprises et les inviter à s’engager dans la transition énergétique.

Ségolène Royal vient tout récemment de se voir confié le rôle de présidente de la COP21 après la démission de Laurent Fabius. Une fonction qui met encore plus la ministre au cœur des enjeux de transition énergétique. Lundi, la ministre a ainsi voulu lancer trois initiatives dans le but d’encourager le secteur privé à adopter un modèle économique bas-carbone. Elle souhaite que les entreprises se fixent une contribution climat à l’instar de celle adoptée par la COP21 ; qu’un registre public recense les contributions des entreprises pour que la ministre en fasse la promotion ; et enfin que les entreprises deviennent des ambassadrices de la transition énergétique, notamment en se montrant exemplaires.

Ces mesures ne proposent aucun modèle précis et n’établissent dans le but de soutenir ou d’accompagner les entreprises. Elles n’aboutiront à aucune législation. Leur impact sur la mobilisation des entreprises risque donc d’être très limité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • Les énergies renouvelables séduisent la grande distribution

    En France, les enseignes de grande distribution multiplient les initiatives pour déployer les énergies renouvelables. Grâce aux nouvelles technologies qui favorisent l’auto-consommation, les enseignes investissent désormais dans une électricité bas-carbone. Les grandes enseignes de la distribution veulent, elles aussi, faire

le Coin ESS

  • Le financement participatif progresse en France

    D’après le dernier bilan de l’association Financement Participatif France, la finance responsable progresse en France. Les investisseurs français ont encore été plus nombreux en 2019 à y adhérer. Un élan qui s’explique en partie par l’engouement autour des énergies renouvelables.