Emmanuel Macron envisage la fin de la gratuité à l’université

  • Publié le: mardi 18 janvier 2022

Pour le président de la République, les universités françaises ont besoin d’une « transformation systémique » pour être compétitives au niveau international, et pour il envisage la fin de la quasi-gratuité des universités du pays.

Le président Emmanuel Macron a suscité de vives critiques après avoir laissé entendre que l’accès à l’université en France ne pouvait pas « rester à long terme » tel qu’il est, « sans frais », afin d’être compétitif au niveau international.

La mise en place d’un financement des études aiderait à améliorer les installations, les normes et le matériel de travail afin de concurrencer les universités payantes du monde entier, comme celles du Royaume-Uni et des États-Unis.

« Nous ne pourrons pas rester durablement dans un système où l’enseignement supérieur n’a aucun coût pour presque tous les étudiants, où un tiers des étudiants sont considérés comme boursiers, et où nous avons tant de précarité étudiante, et une réelle difficulté à financer un modèle bien plus financé par l’argent public que partout ailleurs dans le monde, pour faire face à la concurrence internationale. » a déclaré le président de la République.

« Si nous ne résolvons pas ces problèmes structurels, nous nous mentirons. Nous avons besoin d’une transformation systémique de nos universités. »

Un « gâchis intolérable »

Il s’exprimait en vidéo lors de l’événement des présidents d’université le Congrès de la Conférence des présidents d’universités le 13 janvier.

« J’admets que nous avons commencé à combler les écarts, mais nous devons redoubler d’efforts pour que dans dix ans notre système universitaire soit plus fort. » a-t-il ajouté.

Pour Emmanuel Macron, il est temps de réformer le système car en raison de ses faibles coûts, les étudiants s’inscrivent puis abandonnent très facilement et fréquemment tout au long de l’année.

Il a dénoncé le « gâchis intolérable » de l’échec en première année, où « seulement 50% des étudiants passent les examens », malgré l’injection de nouvelles ressources et la création de 84.000 places durant son mandat.

Les frais pour l’inscription à l’université sont actuellement de 170 € pour une licence et 243 € pour un master. Les étudiants boursiers sont de leur côté exemptés de ces frais.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

le Coin ESS