Une justice climatique de plus en plus difficile à appliquer avec 8 milliards d’être humains sur Terre

  • Publié le: jeudi 17 novembre 2022

La population mondiale a dépassé les 8 milliards de personnes le 15 novembre, ont annoncé les Nations Unies, avertissant que davantage de difficultés sont à prévoir pour les régions déjà confrontées à la pénurie de ressources en raison du changement climatique.

Les ressources en nourriture ou en eau, en piles ou en essence sont déjà difficiles, mais cela ne fera que s’aggraver puisque la population mondiale devrait s’accroitre de 2,4 milliards de personnes d’ici les années 2080, selon les projections de l’ONU.

« Chaque personne a besoin de combustible, de bois, d’eau et d’un chez-soi« , a déclaré Stephanie Feldstein, directrice de la population et de la durabilité au Centre pour la diversité biologique.

La pression sur les ressources sera particulièrement décourageante dans les pays africains, où les populations devraient exploser, selon les experts. Ces pays font également partie des pays les plus vulnérables aux impacts climatiques et ont le plus besoin de financement climatique.

En Afrique subsaharienne, où quelque 738 millions de personnes vivent déjà sans approvisionnement alimentaire adéquat, la population devrait bondir de 95 % d’ici le milieu du siècle, selon l’Institute for Economics and Peace. Le groupe de réflexion a averti dans un rapport datant du mois d’octobre 2022 qu’une grande partie de l’Afrique subsaharienne ne serait pas viable d’ici le milieu du siècle.

« Un signe de réussite humaine »

À l’échelle mondiale, le cap des 8 milliards d’habitants représente 1 milliard de personnes ajoutées à la planète au cours des 11 dernières années seulement.

Atteindre 8 milliards de personnes est « un signe de réussite humaine, mais c’est aussi un grand risque pour notre avenir« , a déclaré John Wilmoth, directeur de la division de la population de l’ONU.

Les pays à revenu intermédiaire, principalement en Asie, ont représenté la majeure partie de cette croissance, gagnant quelque 700 millions de personnes depuis 2011. L’Inde a ajouté environ 180 millions de personnes et devrait dépasser la Chine en tant que nation la plus peuplée du monde l’année prochaine.

Cependant, les naissances ont régulièrement diminué aux États-Unis, en Europe et au Japon. La Chine a également eu du mal avec l’héritage de sa politique de l’enfant unique et l’année dernière a exhorté les familles à avoir un deuxième, voire un troisième enfant, car elle limitait également l’accès aux avortements non médicaux.

Alors même que la population mondiale atteint des sommets sans cesse renouvelés, les démographes notent que le taux de croissance a régulièrement chuté à moins de 1 % par an. Cela devrait empêcher le monde d’atteindre 9 milliards de personnes avant 2037. Selon les projections de l’ONU, la population culminera à environ 10,4 milliards de personnes dans les années 2080 et restera à ce niveau jusqu’en 2100.

« Une grande partie de cette histoire est que cette ère de croissance démographique rapide que le monde connaît depuis des siècles touche à sa fin« , a déclaré John Wilmoth.

Préoccupation croissante

La plupart des 2,4 milliards de personnes qui seront ajoutées avant d’atteindre les pics de population mondiale seront nées en Afrique subsaharienne, ce qui marquera un éloignement de la Chine et de l’Inde.

 

« Les villes africaines vont, en moyenne, croître« , a déclaré Deborah Balk, chercheuse en démographie à l’Université de New York. Cela laissera des millions de citadins supplémentaires exposés aux menaces climatiques telles que la montée des eaux.

Partout dans le monde, « la zone côtière est disproportionnellement urbaine« , a-t-elle déclaré. « Environ une personne sur 10 vit dans la zone côtière basse. »

La ville côtière nigériane de Lagos, par exemple, devrait devenir la plus grande ville du monde d’ici la fin du siècle.

La croissance rapide de la population combinée au changement climatique est susceptible de provoquer des migrations massives et des conflits dans les décennies à venir, ont déclaré des experts.

Et avoir plus d’êtres humains sur la planète exerce plus de pression sur la nature, car ils rivalisent avec la faune pour l’eau, la nourriture et l’espace. Mais la quantité qu’ils consomment est tout aussi importante, ce qui suggère que les décideurs politiques peuvent faire une grande différence en imposant un changement dans les habitudes de consommation.

Les émissions de carbone des 1% les plus riches, soit environ 63 millions de personnes, représentaient plus du double des émissions de la moitié la plus pauvre de l’humanité entre 1990 et 2015, selon une analyse réalisée en 2020 par le Stockholm Environment Institute et l’organisation à but non lucratif Oxfam International.

L’impact de l’humanité sur le monde naturel « a plus à voir avec la façon dont nous nous comportons que combien nous sommes« , a déclaré John Wilmoth.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • La RSE : une priorité pour les entreprises

    Les entreprises ne peuvent plus ignorer les défis environnementaux, sociaux et de gouvernance qui accompagnent leurs activités. C’est pourquoi nombre d’entre elles articulent leur politique autour de la RSE (responsabilité sociétale des entreprises) afin de contribuer aux enjeux du développement

le Coin ESS