Un maillot de champions, pas vraiment éthique

  • Publié le: vendredi 17 août 2018

Le nouveau maillot des vainqueurs du mondial de football est vivement critiqué pour l’écart constaté entre son coût de production et son prix de vente.

Suite à sa victoire lors de la Coupe du monde de football, l’équipe de France se voit apposer une seconde étoile sur son maillot et nécessite la création d’un nouveau maillot. Ce maillot devrait être une très belle opération financière pour l’équipementier Nike qui sponsorise les Bleus, au détriment des ouvriers en charge de la production.

Des prix de vente très élevés pour un maillot produit à moindre coût

Deux modèles du maillot seront disponibles à l’achat. Un modèle classique vendu 85 euros, et un modèle d’une valeur de 140 euros, qui est la réplique du maillot porté par les Bleus pendant la Coupe du Monde. Ce dernier inclura le logo « Fifa World Cup 2018 Russia ».

Mais derrière ces prix élevés, se cachent des coûts de production au rabais, la main d’œuvre asiatique (Vietnam, Cambodge et Indonésie) étant effectivement très peu rémunérée. Selon les chiffres publiés dans le rapport Anti-Jeu publié en juin 2018, le Collectif « Éthique sur l’étiquette » pointe du doigt le montant des salaires moyens des ouvriers qui s’avèrent être inférieurs de 45 à 65% au salaire vital, ce qui ne permet pas aux salariés de couvrir les besoins de leurs familles. A cela s’ajoute les nombreux cas de non-respect des droits fondamentaux du travail.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

le Coin ESS

  • Emmaüs lutte contre le gaspillage vestimentaire

    L’association Emmaüs relance le débat autour de l’économie solidaire appliquée à la grande distribution : elle a décidé de militer en faveur de la mise en place d’une loi pour lutter contre le gaspillage vestimentaire. Son objectif : demander aux