Burberry dans la tourmente suite à la destruction massive de ses invendus

  • Publié le: mardi 17 juillet 2018

La célèbre maison de mode britannique Burberry se retrouve en pleine tourmente médiatique suite à la révélation d’une destruction massive des articles invendus de la marque. Si Burberry n’est pas la première marque à être pointée du doigt à cause de cette pratique, elle relance en tout cas le débat sur la destruction systématique des articles invendus.

En février 2018, la marque Celio avait suscité l’indignation parmi ses consommateurs quand la destruction d’une grande partie de son stock d’invendus avait été rendue publique. Pourtant, ce principe de destruction des invendus n’est pas nouveau, et pour les marques, il est légitimé par le besoin de vider son stock d’articles sans faire perdre de la valeur à ceux qui sont vendus en magasins. Un argument qui a beaucoup de mal à passer auprès des consommateurs et des associations qui estiment que d’autres solutions pourraient être trouvées.

L’affaire est encore relancée en ce début de mois de juillet car la marque Burberry vient d’être épinglée à son tour pour destruction d’un stock d’invendus. La marque aurait détruit pas moins de 20 000 exemplaires de son trench iconique, soit une perte de 31 millions d’euros. Une information qui a suscité la colère du ministre de l’environnement britannique qui a qualité cette pratique de “scandaleuse”.

En France, l’affaire a fait réagir, et elle relance le débat autour de l’interdiction de la destruction des stocks d’invendus. Depuis le début d’année en effet, Emmaüs demande au gouvernement français de légiférer pour interdire cette pratique et appliquer désormais la loi anti-gaspillage au secteur de l’habillement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • Le Crédit Agricole s’engage pour les droits humains

    Le 31 juillet dernier, le groupe Crédit Agricole a signé un accord-cadre international avec UNI Global Union. Cet accord vise à renforcer les engagements du groupe en ce qui concerne le respect et la défense des droits humains, mais aussi

le Coin ESS

  • La finance durable s’invite dans les discussions du G7

    Alors que la France assure la présidence du G7, un nouveau sujet fait son apparition dans les débats : la finance durable. Le gouvernement français souhaite l’inscrire à l’ordre du jour. Le but : rendre le capitalisme plus durable. Chantilly