Le doggy bag arrive en France

  • Publié le: mercredi 16 décembre 2015

Le doggy bag, c’est ce sac qui permet aux clients des restaurants d’emporter leurs restes chez eux. Un geste loin d’être ancré dans les habitudes des consommateurs français malgré sa popularité aux Etats-Unis. Et pourtant, ça pourrait bien changer sous l’impulsion des restaurateurs.

Les trois jeunes fondateurs de la start-up Take Away peuvent se vanter d’avoir pris de l’avance sur la loi anti-gaspillage alimentaire. Depuis mars dernier, ils proposent aux restaurants de Lyon d’adopter le doggy bag avec deux options : la box pour les restes alimentaires ou le sac à bouteille pour emporter la bouteille de vin non finie. Plusieurs restaurateurs se sont rapidement laissés séduire par cette astuce qui permet de lutter intelligemment contre le gaspillage alimentaire tout en proposant un service supplémentaire à la clientèle. A Paris, l’initiative a pris aussi depuis la semaine dernière et le lancement d’une « box antigaspi ». Près de 200 restaurants ont déjà rejoint le projet, et proposent désormais le doggy bag aux clients.

Si le principe est longtemps resté étranger en France, il est désormais dans l’air du temps. Les consommateurs, plus jeunes, sont assez familiers du concept, et pour les autres l’idée fait son chemin grâce à deux arguments : la lutte contre le gaspillage alimentaire qui est devenue une nécessite ; et l’attractivité économique puisque le doggy bag est un service gratuit qui permet à chacun de finir son assiette à la maison.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

le Coin ESS

  • Une carte bancaire pour suivre son empreinte carbone

    MasterCard vient de s’allier avec une jeune startup, Doconomy, pour imaginer une nouvelle génération de carte de paiement responsable. La carte permet non seulement de régler ses achats, mais aussi de calculer l’empreinte carbone du consommateur suite à ses différents