Le burn out : toujours pas reconnu maladie professionnelle

  • Publié le: dimanche 16 juin 2019

Malgré une révision de sa classification en mai dernier par l’Organisation Mondiale de la Santé, le burn out fait encore débat. Le syndrome n’est toujours pas reconnu comme une maladie à part entière. Une position sur laquelle s’aligne pour l’instant le gouvernement français.

En mai dernier, le burn out était en débat lors de l’assemblée de l’Organisation Mondiale de la Santé. L’assemblée, qui se tient chaque année, vise à réviser la classification internationale des maladies. A cette occasion, le burn out a été discuté par les experts de l’OMS, et le phénomène a changé de catégorie. Jusqu’à présent, il était considéré comme un “facteur influençant l’état de santé”. L’OMS le classe désormais dans la catégorie des “phénomènes liés au travail”. Une reconnaissance en demi-teinte. Car si l’OMS reconnaît effectivement qu’il existe un lien direct entre le travail et le phénomène de burn out, l’organisation ne va pas jusqu’à classer le syndrome dans la catégorie des maladies.

Or, c’est cette catégorie que les associations de travailleurs attendaient. L’absence de reconnaissance du burn out en tant que maladie professionnelle limite l’indémnisation des salariés. Actuellement, en France, le salarié doit apporter la preuve que son état est causé par son travail. Il doit aussi présenter une Incapacité Permanente Partielle (IPP) supérieure ou égale à 25%. Autant d’éléments qui rendent difficile la constitution d’un dossier, et l’ouverture à un droit d’indémnisation.

En l’absence d’un changement de classification par l’OMS, le gouvernement français ne compte pas revenir sur ces modalités. La ministre du travail, Muriel Pénicaud, s’est déjà exprimée sur le sujet. Dans une interview accordée à France Inter, elle a confirmé que le gouvernement ne proposerait aucune loi pour reconnaître le burn out en tant que maladie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • L’armée française investit dans l’énergie solaire

    Florence Parly, la ministre des armées, vient d’annoncer la mobilisation de l’espace foncier de l’armée française pour un projet original. L’armée compte utiliser 2 000 hectares de terrains pour déployer des installations solaires et produire ainsi de l’énergie. La transition

le Coin ESS