Le réchauffement des rivières menace l’alimentation électrique déjà tendue de la France

  • Publié le: vendredi 15 juillet 2022

Les températures élevées de l’eau menacent de réduire la production nucléaire française déjà inhabituellement faible , ce qui accroît la pression sur EDF au moment où la moitié de ses réacteurs sont hors service en raison de problèmes de maintenance et de corrosion.

La vallée entre le Rhône et la Garone a atteint des températures étouffantes ces derniers jours qui devraient atteindre environ 40 degrés et rester au-dessus des niveaux saisonniers jusqu’au début de la semaine prochaine.

C’est un problème car l’eau des rivières est souvent utilisée pour refroidir les réacteurs avant d’être renvoyée à une température plus élevée. La production du réacteur est limitée pendant les périodes de forte chaleur pour éviter que l’eau chaude qui rentre dans les rivières n’endommage la faune et la flore.

EDF a annoncé des restrictions de production à l’usine du Tricastin sur le Rhône à partir du 16 juillet, de l’usine du Blayais à l’embouchure de la Garone à partir du 17 juillet, de l’usine de Saint Alban sur le Rhône à partir du 17 juillet, et de l’usine du Bugey sur le Rhône à partir du 19 juillet .

Une prolongation d’une récente réduction de production à l’usine de Golfech sur la Garone est également possible, a déclaré l’analyste Nathalie Gerl, ajoutant des données montrant que les restrictions se sont poursuivies pendant plusieurs semaines lors d’une puissante vague de chaleur similaire en 2018.

Une disponibilité nucléaire au plus bas

Le 15 juillet, le régulateur français de l’énergie, l’ASN, a annoncé certaines modifications dans les centrales pour garantir un niveau de production d’électricité minimum.

EDF a déjà été contraint de réduire la production prévue à plusieurs reprises cette année en raison d’une multitude de problèmes sur ses réacteurs – et s’attend à une baisse de 18,5 milliards d’euros de ses bénéfices de base en 2022 en raison de pertes de production.

Le gouvernement français doit annoncer le 19 juillet les détails de son projet de nationalisation du groupe EDF, dont l’Etat détient déjà 84%.

La température maximale de la rivière avant l’entrée en vigueur des restrictions à l’usine du Bugey est de 26 degrés, tandis que celle des usines de Golfech, du Tricastin et de Saint-Alban est de 28 ° C et celle du Blayais de 30 ° C.

La disponibilité nucléaire actuelle est au plus bas depuis au moins quatre ans en raison des problèmes de corrosion et de l’allongement des calendriers de maintenance de la moitié des 56 réacteurs d’EDF.

Cela signifie que la France importe de l’électricité à un moment où elle l’exporterait normalement et qu’EDF achète de l’électricité à des prix élevés sur le marché, tout comme l’Europe se démène pour trouver des sources d’énergie alternatives à la Russie.

Les choses pourraient empirer en hiver, à moins qu’EDF ne puisse rétablir la pleine production – bien que les prévisions à ce stade indiquent un rebond à des niveaux de production plus normaux dans les mois à venir.

Un mix énergétique qui dépend du soleil et du vent

La hausse actuelle des températures entraîne également une augmentation de la demande de climatisation, ce qui pourrait ajouter à la pression sur le réseau.

« L’offre deviendra particulièrement tendue la semaine prochaine avec une demande d’environ 6 GWh/h au-dessus de la normale lundi et mardi« , a déclaré Gerl.

La France importe déjà assez massivement de pays comme l’Espagne, la Suisse, l’Allemagne et la Grande-Bretagne. Mais les exportations vers l’Italie pourraient chuter en conséquence, a-t-elle ajouté.

Le mix énergétique en France est diversifié, avec environ 32 % de la production d’origine éolienne, solaire et hydraulique, selon les données du gestionnaire de réseau RTE, de sorte que la production d’électricité dépend davantage de l’intensité du soleil et de la vitesse du vent que des températures modérées.

Cependant, la hausse des températures des rivières peut avoir un effet d’entraînement, car certaines centrales électriques à charbon ont également besoin d’eau de refroidissement provenant des rivières et dépendent des précipitations ou de la fonte des neiges pour soutenir le niveau des rivières et permettre un transport sans entrave par barge à charbon.

Si la quantité d’eau de rivière pouvant être utilisée est limitée pour protéger la faune, cela peut également freiner l’approvisionnement en eau vital des centrales à charbon et réduire les temps et les capacités de production. Il en va de même pour les centrales hydroélectriques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

le Coin ESS